Ecoutez Radio Sputnik
    Des bulles dans l'eau (image d'illustration)

    Les images des derniers instants d’un homme noyé retrouvées sur une GoPro au fond de l’eau

    CC0 / NPschor
    Société
    URL courte
    2618
    S'abonner

    Une caméra GoPro, renfermant des vidéos montrant les dernières minutes de vie d’un jeune homme mort par noyade il y a deux ans dans une chute d’eau aux États-Unis, a été retrouvée par un chasseur de trésors et youtubeur au fond de l’eau, indique la chaîne WSB-TV.

    Le vidéoblogueur et chasseur de trésors Rich Aloha a retrouvé une caméra GoPro contenant des vidéos enregistrées juste avant la mort de son propriétaire noyé dans une chute d’eau du parc Sandy Springs dans le Tennessee, a affirmé le 17 août la chaîne de télévision américaine WSB-TV.

    Richard Ragland, âgé de 22 ans, s’était noyé il y a deux ans. Avant de faire son plongeon mortel, il avait fait plusieurs enregistrements vidéo sur une tyrolienne et dans la chute d’eau à l’aide de sa caméra GoPro. L’appareil a été retrouvé couvert de boue au fond de la chute d’eau. Il s’est avéré que la carte mémoire fonctionnait toujours.

    «J’ai passé en revue les images et je me suis dit: “Oh mon Dieu, c’est le même gars!”», a affirmé le vidéoblogueur à WSB-TV. L’homme avait déjà été renseigné par des employés du parc concerné.

    Après avoir trouvé le dispositif, il a commencé à chercher les parents de l’homme décédé pour leur envoyer la carte mémoire. Ces derniers ont remercié Rich Aloha, en soulignant qu’il sera possible de déterminer les circonstances de la tragédie, est-il indiqué.

    Peu après la mort de leur fils, Robin et Gary avaient reçu une lettre envoyée par des rangers du parc. L’enveloppe était censée contenir une clé USB avec des vidéos de Richard tournées par d’autres personnes. Cependant, la clé USB avait été dérobée, ce qui a affligé davantage les parents.

    Tags:
    youtubeur, clé USB, Tennessee, caméra, morts, décès, chute d'eau, noyade, GoPro, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik