Ecoutez Radio Sputnik
    Lit de bronzage

    Son obsession pour le bronzage se termine avec des «dégâts irréversibles»

    CC0 / dorianrochowski
    Société
    URL courte
    3625
    S'abonner

    Lorsque Julie Goring a essayé pour la première fois un banc solaire à l’âge de 13 ans, elle ne savait pas que son nouveau hobby se terminerait de la sorte. 24 ans plus tard, elle a du mal à marcher suite à l’opération qu’elle a subie pour enlever un mélanome de sa cheville.

    Obsédée par le bronzage pendant de nombreuses années, Julie Goring, 37 ans, a dû subir une intervention chirurgicale pour enlever le mélanome mortel présent sur sa cheville, écrit le Sun.

    Comme l’a raconté la femme au tabloïd britannique, tout a commencé par une simple tache de rousseur. Du moins, c’est ce que pensait Julie.

    «Je voyais la tache grandir depuis un an environ. C’était une petite tache de rousseur qui a ensuite commencé à devenir un peu plus grosse, environ la taille d’une pièce.»

    «Le sentiment était accablant»

    Mais lorsqu’une spécialiste a vu la tache, elle s’est dit inquiète, conseillant à la patiente de revenir la voir.

    «Le sentiment était accablant parce que je pensais qu’elle allait me dire que tout allait bien. Je m’en voulais d’avoir laissé traîner cela. Je me suis dit que c’était de ma faute.»

    Puis, Julie Goring a été opérée.

    «Les dégâts que je subis sont irréversibles. J’ai un mélanome et le médecin a dit à tout moment que cela pouvait se reproduire. Je n’utiliserai plus jamais de bancs solaires, ça n’en vaut absolument pas la peine.»

    Elle rapporte que l’opération en elle-même a été relativement rapide et simple. Mais elle a maintenant du mal à marcher, car pour enlever le mélanome, les médecins ont dû lui retirer des centimètres de chair.

    «J’ai été sous sédation, tandis que les chirurgiens ont effectué une greffe de peau sur mon pied, ce qui a pris un peu moins d’une heure.»

    Le problème auquel la jeune femme a rencontré est le résultat de son obsession pour le bronzage qu’elle avait développé dès l’âge de 13 ans. À 16 ans, Julie faisait cinq bancs solaires par semaine, dont chaque séance durait 20 minutes.

    Tags:
    cancer, maladies, opération
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik