Ecoutez Radio Sputnik

    Féminicide à Cagnes-sur-Mer: l'IGPN saisie sur les conditions et délais de l'intervention policière

    © AFP 2019 STEPHANE DE SAKUTIN
    Société
    URL courte
    8141
    S'abonner

    Alertées dans la nuit du 30 au 31 par les habitants d’un quartier de Cagnes-sur-Mer sur un événement se passant à l’extérieur, les forces de l’ordre n’ont trouvé aucun élément en arrivant. Mais le lendemain, un riverain y a découvert le corps d’une jeune femme battue à mort. L’IGPN a été saisie.

    La police des polices a été saisie lundi pour déterminer les «conditions d'intervention des effectifs de police» à Cagnes-sur-Mer, dans les Alpes-Maritimes, où a été retrouvé le 31 août le corps d'une jeune femme rouée de coups après une dispute avec son compagnon, a appris l’AFP auprès de la Police nationale.

    «À la suite de l'homicide survenu le 31 août à Cagnes-sur-Mer, le directeur général de la Police nationale (DGPN) saisit l'IGPN aux fins d'établir avec précision les conditions d'intervention des effectifs de police», a déclaré un porte-parole de la police à l'AFP. Selon le parquet, des riverains témoins de l'agression avaient alerté la police mais la patrouille dépêchée sur place «n'avait trouvé aucun élément relatif» à l'agression.

    Dépouille découverte le lendemain du crime

    Le corps de la jeune femme a été découvert dans la journée du samedi 31 août par un habitant qui a aperçu un pied sous un tas d’ordures sur un parking.

    La dépouille de la victime portait d’importantes traces de coups, avait précédemment indiqué une source policière citée par l’AFP.

    Or, comme l’expliquent les riverains cités par la presse, lorsque la dispute a éclaté, ils avaient alerté les forces de l’ordre. Ainsi, comme l’écrivait Nice-Matin, un jeune de 19 ans avait été témoin des faits qui ont eu lieu vers 1h15 dans la nuit de vendredi à samedi.

    Le jeune homme a confié qu'il avait même essayé d’intervenir mais a été menacé par l’individu qui rouait de coups une jeune femme de près de 25 ans. Après que le témoin est rentré, sa mère avait elle aussi appelé la police.

    Lire aussi:

    Un requin arrache une partie du bras d’un plongeur qui parvient à nager jusqu’à la côte – photos
    Une meute de loups entame une «chasse à l’homme» en Russie – vidéo
    Une nouvelle fonctionnalité fait son apparition sur WhatsApp
    L’aviation russe aurait empêché Israël de bombarder une base militaire syrienne
    Tags:
    Inspection générale de la police nationale (IGPN), police, féminicide, Alpes-Maritimes
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik