Ecoutez Radio Sputnik

    Un bouledogue français laissé sans eau pendant 18 heures est mort sur un vol KLM

    CC0 / Kabomani-Tapir
    Société
    URL courte
    111123
    S'abonner

    Un bébé bouledogue est mort dans un avion de la compagnie KLM lors d’un vol reliant Amsterdam à Boston. Des employés semblent ne pas lui avoir donné à boire.

    Un bouledogue français âgé de neuf mois avait été placé dans un avion KLM reliant Amsterdam à Boston le 26 juillet. Faute d’eau, il est mort lors du trajet, a annoncé la famille du petit garçon de 6 ans qui était son maître.

    Les parents avaient acheté ce petit chiot en Europe spécialement pour leur fils, lequel s'est rapidement attaché à lui émotionnellement, relate le Sun. «C’était son meilleur ami», a déclaré la mère.

    L’animal avait été ramené aux États-Unis par le biais d’une agence, laquelle a dit à la famille, après un long délai, qu’il était décédé.

    Dévastés, les Américains ont emmené le corps sans vie du chiot à des vétérinaires qui leur ont dit qu'il avait succombé des suites d'un coup de chaleur et de déshydratation.

    La famille demande des réponses

    La politique de la compagnie concernant les animaux de compagnie stipule que les bouledogues français ne sont transportés qu’en cabine et non dans la soute, car ils «peuvent avoir du mal à respirer ... à cause des températures élevées et du stress». L’endroit où se trouvait ce chiot au moment de son décès dans l’avion est pour l’instant inconnu.

    La famille demande maintenant des réponses et a engagé un avocat.

    Lire aussi:

    Des affrontements entre pompiers et CRS filmés le 5 décembre à Lille - vidéo
    Un couple achète un vieux château en France et se met à gagner des millions – photos
    Ils font une découverte macabre à l’intérieur d’un crocodile de 4 mètres
    Le roi Salmane condamne la fusillade perpétrée par un militaire saoudien dans une base de l’US Navy en Floride
    Tags:
    KLM Royal Dutch Airlines, animaux, chiens, bouledogue
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik