Société
URL courte
18155
S'abonner

Un chasseur sera jugé le 14 février 2020 pour «acte de cruauté envers un animal domestique». Le jeune homme de 22 ans a volontairement abattu un chiot de 4 mois, «parce qu’il aboyait trop fort» et pouvait ainsi faire fuir le gibier à deux semaines de l'ouverture de la chasse, rapporte le Dauphiné libéré.

L’incident a eu lieu lundi 26 août à Saint-Agrève, en Ardèche. L’auteur des faits, un chasseur de 22 ans, a expliqué aux policiers avoir saisi son arme lorsqu’il a entendu un chien aboyer, qu’il a tué de deux coups de carabine pour qu’il n’effraye pas le gibier avant la date d'ouverture de la saison de chasse, dimanche 8 septembre, indique le Dauphiné libéré.

Le chien, un border collie de 4 mois, appartenait à un agriculteur retraité de 66 ans. C’est lui qui a prévenu les gendarmes. Il a entendu une détonation, les gémissements du chien, un second coup de feu, puis plus rien. Il s'est précipité et est tombé sur le véhicule, puis sur l'auteur présumé qu'il a bloqué avec son tracteur, près de la ferme.

Lorsque les gendarmes sont arrivés sur les lieux, ils ont retrouvé la carabine dans la voiture du chasseur. Le chien avait été déplacé d'une centaine de mètres de l'endroit où il avait été tué.

Le prévenu a dans un premier temps nié les faits, avant de reconnaître son acte. Il sera jugé en février 2020. Il est accusé d’avoir commis un «acte de cruauté envers un animal domestique».

Lire aussi:

Pourquoi la tempête Alex attendue en France est-elle qualifiée de «bombe météorologique»?
«Une opération inadmissible»: LREM se lance dans une campagne d’affichage illégale dans toute la France
«La pire expression du racisme»: la mort sous les insultes d’une femme autochtone à l’hôpital ébranle le Canada
«Un objet enfoncé dans le crâne»: violent meurtre de deux femmes à Paris
Tags:
chasse, chiens, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook