Ecoutez Radio Sputnik

    Un couple de Caucasiens donne naissance à un enfant asiatique après une erreur de fécondation in vitro

    CC0 / TBIT
    Société
    URL courte
    12217
    S'abonner

    Deux ans après qu'un couple d’Américains de type caucasien a donné naissance à une fille par fécondation in vitro, les parents ont compris qu'elle présentait des traits asiatiques et poursuivent désormais en justice le centre médical.

    Un couple de Caucasiens, aujourd’hui séparé, a lancé des poursuites contre un centre de traitement de la fertilité du New Jersey, après avoir découvert que la petite fille à laquelle ils avaient donné naissance par fécondation in vitro développait des traits asiatiques.

    N’arrivant pas à avoir un enfant, le couple a fait appel, en 2013, à l'Institut de médecine de la reproduction et des sciences de Saint Barnabé et ont déboursé pour le traitement environ 660.000 euros, relatent plusieurs médias. La fécondation in vitro (FIV) a été une réussite, une petite fille est née.

    Mais quand l’enfant a atteint l’âge de deux ans, ses parents ont remarqué qu’elle ne ressemblait pas à son père. Les résultats d’un test d'ADN, effectué en 2015, ont montré qu'il y avait 0% de probabilité que l'homme, qui avait pourtant fourni son sperme pour la FIV, soit le père biologique de l'enfant. La découverte a été déchirante pour les deux personnes.

    Une erreur qui se finit en divorce

    Les époux ont entamé des poursuites judiciaires contre le centre médical, réclamant des dommages et intérêts. Ils veulent également obtenir des informations sur le véritable père biologique de l’enfant, qui a déjà six ans.

    Le père effectif s’interroge aussi si son sperme a été utilisé pour d’autres FIV. «Si j’ai d’autres enfants, je veux qu’ils sachent qui je suis», a-t-il dit, cité par CBS News.

    L‘inertie de la clinique a entraîné «la rupture du mariage entre Kristina et Drew Wasilewski», a annoncé leur avocat durant le procès.

    Tags:
    États-Unis, erreur humaine, fécondation in vitro (FIV)
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik