Société
URL courte
8426
S'abonner

Une vidéo montrant un léopard sur le point de mourir après avoir été traqué par les locaux dans le nord-ouest du Pakistan a provoqué un tollé sur les réseaux sociaux.

Les images sont d’une rare violence. Plusieurs personnes entourent un léopard sur le point de rendre son dernier souffle après avoir été chassé par les locaux. Certains tiennent l’animal par le garrot, d’autres tirent ses moustaches ou le prennent en photo.

La vidéo réalisée dans la province de Khyber Pakhtunkhwa, dans le nord-ouest du Pakistan, a été diffusée sur le compte Facebook de l’organisation Darra Adam Khel Ki Awaz (La voix de Darra Adam Khel) et repérée par Gulf News.

«Ce léopard a dévoré des dizaines de chèvres, principalement des pauvres, suite à quoi de nombreuses personnes sont allées chercher l'animal. Enfin, deux jeunes ont réussi à tuer le grand chat», indique la légende de la séquence.

La vidéo a été relayée par la Pakistan Wildlife Foundation, selon laquelle deux hommes avaient traîné le félin pendant plusieurs heures, alors qu’il était encore en vie. Il a ensuite été battu à mort par les villageois.

Plusieurs voix se sont élevées dans les commentaires pour condamner cette scène et dénoncer sa cruauté. «Tous les auteurs impliqués devraient être condamnés à de lourdes amendes», a appelé un internaute. «Tout ce que nous avons appris en 30 à 40 ans, c'est le meurtre. Qu'il s'agisse de ces espèces rares ou d'un être humain», a déploré un autre.

Face à cette vague d’indignation, la Pakistan Wildlife Foundation s’est montrée déterminée à forcer le département de la faune locale à poursuivre en justice les auteurs du crime.

Lire aussi:

Un glacier de 500.000 mètres cubes risque de se détacher du Mont Blanc, évacuation en cours
Perdu en mer, un jeune garçon survit en se rappelant les conseils d’un documentaire
La une du Monde sur Beyrouth avec une illustration du caricaturiste Plantu provoque un tollé
Tags:
maltraitance, animaux, meurtre, léopard, Pakistan
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook