Ecoutez Radio Sputnik
    Glacier

    Climat: des scientifiques alertent sur les dysfonctionnements provoqués par l’Homme

    CC0 / PublicDomainPictures / Glacier
    Société
    URL courte
    24316
    S'abonner

    À la veille du Sommet Action Climat organisé par l’Onu, les principaux organismes climatologiques mondiaux lancent un cri d'alarme sans précédent. Selon eux, la situation sur notre planète s'est aggravée et a un impact beaucoup plus important sur le climat que prévu il y a 10 ans.

    Les principaux organismes climatologiques mondiaux ont élaboré conjointement un rapport historique à la veille du Sommet Action Climat organisé par l’Onu. Ils y soulignent l'écart flagrant entre les objectifs convenus pour lutter contre le réchauffement de la planète et la réalité.

    Selon un rapport de synthèse intitulé «United in Science», une augmentation de la température moyenne de 1,1 degré par rapport au niveau de l'ère préindustrielle, une augmentation de 26% de l'acidité des océans et une augmentation de la concentration de gaz à effet de serre dans l'atmosphère d'au moins 20% résultent d'un impact humain sur l'environnement.

    Le rapport, publié avant le Sommet Action Climat, qui débute ce lundi 23 septembre à New York, est basé sur des preuves scientifiques fournies par l'Organisation météorologique mondiale (OMM), le Projet mondial sur le carbone (GCP), le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE), le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), le Programme de recherche FutureEarth.

    «Le fait qu'une personne ait un impact beaucoup plus grand sur le climat que prévu il y a dix ans bénéficie d’un appui croissant», estiment les experts de FutureEarth.

    Selon l'OMM, la température moyenne sur la planète a augmenté de 1,1 degré depuis l'ère préindustrielle de 1850. Cependant, au cours des quatre dernières années, les scientifiques ont noté une accélération du taux de réchauffement: la température a augmenté de 0,2 degré par rapport à 2011-2015.

    «Les émissions mondiales de CO2 résultant de l'utilisation de combustibles fossiles continuent de croître de 1 à 2% par an et, en 2018, le maximum annuel d'émissions a été mis à jour», déclarent les spécialistes de Global Carbon.

    Comme l’indiquent des scientifiques de l'OMM, le taux de CO2 représente à ce jour 146%, celui de CH4 (méthane) est de 257% et celui de N2O (oxyde nitrique) atteint 122% par rapport à 1750.

    Selon les scientifiques, les pays doivent prendre des mesures plus actives pour réduire les émissions de CO2 et préserver l'environnement et renforcer les efforts visant à extraire l'excès de CO2 provenant des activités humaines de l'atmosphère.

    Tags:
    New York, réchauffement climatique, climat, rapport, ONU
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik