Ecoutez Radio Sputnik
    Alyssa Milano

    Violée alors que «les caméras tournaient»: l’initiatrice de #MeToo évoque son passé traumatisant

    © AP Photo / Matt Sayles/Invision
    Société
    URL courte
    17639
    S'abonner

    L’actrice américaine Alyssa Milano, à l’origine de #MeToo, a décidé de faire part de son histoire remontant aux années 1990 pour le deuxième anniversaire du mouvement. Son collègue acteur «a profité d’un instant de vulnérabilité» et l’a violée en plein tournage, sous les caméras, raconte-t-elle.

    Pour l’anniversaire du mouvement #MeToo qu’elle a lancé, Alyssa Milano s’est souvenue du viol qu’elle a subi lorsqu’elle avait une vingtaine d’années. Sans donner le nom de son agresseur, la star de «Charmed» s’est décidée à raconter, deux ans après le lancement de #MeToo, cette agression survenue «sur le tournage».

    L’histoire date de 1993, quand elle tournait une scène de sexe pour un long-métrage, après son succès dans la série télévisée «Madame est servie» («Who’s the boss?» en version anglaise). Pour la première en l’espace de vingt-quatre ans, l’actrice américaine a raconté les détails de cette agression dans son podcast Sorry not sorry.

    Tandis qu’il importe que les partenaires de telles scènes, en tant que professionnels, sachent gérer ce genre de situation de manière appropriée, «sans dépasser les limites et avec un degré de confiance qui est tellement important», son partenaire, «prédateur» de 17 ans plus vieux qu’elle, ne le savait pas: «Cet homme n’était pas un professionnel».

    «J’ai déjà partagé mes autres histoires #MeToo, mais je n’ai jamais raconté celle-là publiquement avant», a dit Milano, ajoutant qu’il lui était toujours difficile d’en parler.

    Tant de personnes parmi nous ont des histoires #MeToo à raconter. Il y a du pouvoir dans ces histoires, pouvoir qui a changé le monde en deux ans dès que le hashtag a été lancé. Dans cet épisode, Alyssa Milano fait part de son histoire jamais racontée, comme plusieurs votres.

    «Il a profité d’un instant de vulnérabilité totale de ma part pour mettre sa main sous mes sous-vêtements et tenter de me pénétrer avec ses doigts. Il m’a violée sur le tournage alors que les caméras tournaient», a-t-elle confié d’une voix émue.

    «Je me suis figée, j’ai couru, hystérique, vers mon trailer. Je pleurais, j’avais peur et j’étais furieuse», s’est-elle souvenue.

    Peu après, le réalisateur du film s’est approché d’elle pour dire «Je suis désolé de ce qu’il s’est passé, je ne sais pas ce que tu veux que je fasse avec ça. Est-ce que je devrais appeler la police?» Le tournage a été suspendu, l’équipe attendait.

    En «état de crise émotionnelle totale», se sentant «piégée et sans soutien», la comédienne dit malgré tout avoir «porté le poids du film sur ses épaules». Elle s’est sentie «sous pression» et a «continué, pendant six heures, à tourner la scène avec l’homme qui venait de l’agresser.»

    Elle a vraiment voulu donner son nom dans ce podcast, souhaitant «qu’il souffre de la même manière» qu’elle a souffert, «qu’il voit ce que cela fait de voir son monde s’écrouler». Il est toujours dans le domaine du cinéma. Le fait qu’il soit un père de famille l’a pourtant dissuadée de le nommer.

    Campagne #MeToo

    Le mouvement #Metoo est né dans le contexte du scandale autour de l’affaire Weinstein en 2017 et a eu plusieurs avatars dans diverses langues, tels que #balancetonporc en France ou #EnaZeda tout récemment en Tunisie. Sous ce hashtag initial, Alyssa Milano invitait les femmes à partager leurs témoignages de harcèlement et d’agression sexuelle.

    Aussi dans le but de se battre pour les droits des femmes, la comédienne a lancé sa chaîne de podcasts Sorry not sorry où elle invite différentes personnalités militantes. À l’origine de la grève du sexe, elle a protesté d’ailleurs contre la loi anti-avortement approuvée dans l’État de Géorgie.

    Tags:
    Alyssa Milano, États-Unis, MeToo
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik