Ecoutez Radio Sputnik
    Des étudiants, image d'illustration

    La France partage son expérience de développement des universités avec la Russie

    © Sputnik . Vitaly Ankov
    Société
    URL courte
    172
    S'abonner

    Le thème du développement de l'enseignement supérieur dans le monde a été évoqué à l'Agence d'information internationale Rossiya Segodnya pendant la table ronde internationale par visioconférence Moscou-Nancy.

    «Les principales tendances de l'enseignement supérieur aujourd'hui sont la personnalisation, l'internationalisation et l'orientation sur la pratique. Il faut expliquer à l'étudiant comment il peut personnaliser ses études. Car s'il souhaite pratiquer le droit de l'environnement, il faut connaître certaines choses sur l'environnement, il faut des connaissances pluridisciplinaires.

    De plus, les étudiants suivent des cours auprès d'enseignants de différents pays, ils partent dans d'autres pays, et parfois même dans leur propre pays ils se retrouvent dans un milieu différent. En Europe, le programme d'échange d'étudiants et d'enseignants Erasmus, qui aide à donner une éducation de qualité, est très sollicité. Autre tendance: les stages pratiques. Cela peut être des chaires dans des entreprises spécialisées, le travail pendant les études ou en parallèle», a déclaré Pierre Mutzenhardt, président de l'université de Lorraine, membre du conseil international de l'Université d’État de Tioumen.

    Par ailleurs, selon ce dernier, il est important de trouver un équilibre entre les aspirations de l'étudiant et l'information qui lui est apportée par les enseignants. Il faut passer de l'évaluation des connaissances à l'évaluation des compétences qui seront utiles pour les étudiants à terme. Le recteur de l'Université d’État de Tioumen est également de cet avis.

    «L'objectif de l'université consiste à préparer l'étudiant pour un avenir fructueux. Le fait est que les établissements scolaires contemporains ne comprennent pas totalement quel sera le marché du travail et des professions. Autrement dit, l'université doit apprendre aux étudiants à agir dans des conditions d'incertitude. Et avec des plans d'études standards nous ne développons pas cette compétence.

    Il n'y a pas deux avocats et deux chimistes identiques. En travaillant avec un plan personnalisé l'université obtient davantage de capacités pour apprendre aux étudiants à faire un choix et à se frayer un chemin. Mais la variabilité ne sous-entend pas une liberté totale. Nous donnons à l'étudiant un cursus obligatoire à passer», a noté Valeri Falkov, recteur de l'Université d’État de Tioumen.

    Le système de trajectoires éducatives individuelles (TEI) gagne en popularité aussi bien en France qu'en Russie. Par exemple, la TEI de l'Université d’État de Tioumen inclut quatre éléments: le module général (Core), professionnel principal (Major), professionnel supplémentaire (Minor) et sélectif (Electives). Les deux premiers sont obligatoires, le troisième et le quatrième sont optionnels.

    Dans le cadre de la visioconférence, les experts ont également noté que les universités qui sauraient dispenser l'enseignement le plus intéressant et de qualité pourraient rivaliser pour l'admission des meilleurs étudiants non seulement dans leur pays, mais également dans le monde entier.

    Tags:
    enseignant, étudiants, université, France, Russie, enseignement supérieur
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik