Société
URL courte
25323
S'abonner

Après cette mésaventure, la maîtresse d’Albert, un bouledogue, ne voudra peut-être plus laisser ce dernier chez son père. Après avoir passé une journée chez cet homme, le chien a refusé de rentrer à la maison, au point de se plaquer truffe contre terre, contraignant sa propriétaire à le traîner par sa laisse.

Ce bouledogue français a tellement aimé son séjour chez son «grand-père», de fait le père de sa maîtresse, qu’il a décidé qu'il préférait rester chez celui-ci…

Jodi Street est venu récupérer son chiot Albert qu’elle avait laissé en garde à ses parents à Guildford, dans le Surrey, en Angleterre. Après 12 heures d’absence, son ami à quatre pattes ne s’est pourtant pas réjoui à la perspective de rentrer à la maison, mais s’est au contraire affalé sur le plancher, pattes écartées, ne voulant pas quitter son «grand-père» adoré.

Sa maîtresse a confié se sentir «mal-aimée»: «Je suis allée le chercher et il n'était simplement pas intéressé à revenir. Il tentait de fuir, se déplaçait frénétiquement dans le salon», puis «s’est tout simplement allongé».

«Il refusait de partir» et regardait Jodi «du coin de l'œil comme pour dire "je ne vais nulle part"», a-t-elle raconté, citée par The Daily Mail.

Une fois à la porte, le chiot a cédé et s’est levé, prêt à rentrer chez lui.

«Quand nous sommes rentrés à la maison, tout allait bien de nouveau et il m’aimait comme toujours», a indiqué Ms Street, qui emmène le bouledogue deux fois par semaine chez ses parents lorsqu’elle va au travail.

Lire aussi:

«Scandale sanitaire»? Des enfants roms contaminés au plomb dans le Val-d’Oise
«Impensable d'avancer»: la France passe l’éponge sur l’accord de libre-échange entre l’UE et l’Australie
«Le Pr Raoult est responsable de milliers de décès évitables dans les pays francophones», selon un microbiologiste belge
Macron demande pardon aux harkis, il est interrompu en plein discours - vidéo
Tags:
bouledogue, chiot, chiens, propriétaire, Royaume-Uni, Surrey, Angleterre
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook