Société
URL courte
1152
S'abonner

Les squelettes d’une femme adulte et d’un enfant ont été déterrés sous la chapelle royale Saint-Pierre-aux-Liens de la Tour de Londres, a annoncé le conservateur de l’association Historic Royal Palaces cité par des médias. D’après les experts, ils se trouveraient sous la chapelle depuis les années 1450 ou 1550.

Au cours de fouilles sous l’entrée principale de la chapelle royale de Saint-Pierre-aux-Liens, à la Tour de Londres, des archéologues sont tombés sur deux squelettes, ceux d’une femme et d’un enfant, a raconté le conservateur des édifices historiques de l’association Historic Royal Palaces, Alfred Hawkins.

Selon l’association, les squelettes étaient «couchés sur le dos et alignés, les pieds orientés vers l’est, typiques d’une sépulture chrétienne».

L’Historic Royal Palaces a ajouté que la femme adulte avait probablement été enterrée dans un cercueil, «en raison de la présence de clous de cercueil». L’enfant, lui, a été simplement «enveloppé dans une couverture avant d’être enterré».

Signes de maladie

Toujours selon les informations de l’association, les squelettes portaient des signes de maladie. Ceux-ci montraient notamment que la femme et l’enfant «n’avaient pas une vie confortable, mais c’était relativement courant à l’époque où ils vivaient».

La découverte de ces vestiges est très importante pour les spécialistes, puisqu’elle témoigne que «la partie funéraire de la chapelle n’était pas seulement réservée aux riches et aux traîtres mais aussi à ceux qui vivaient et travaillaient dans la Tour de Londres».

Lire aussi:

Traversée de l’Algérie avec un âne: le challenge qui passe mal sur les réseaux sociaux
L’avocat de Trump présente au Sénat de Géorgie une première vidéo de «preuve» de fraude électorale
Erdogan espère que la France «se débarrassera au plus vite du danger Macron»
L’organisateur de l’orgie gay ayant accueilli l’eurodéputé hongrois livre des détails de la soirée
Tags:
découverte, squelette, Londres, Royaume-Uni
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook