Société
URL courte
2191
S'abonner

Le chiot découvert par un couple australien dans leur jardin en août est en fait un dingo, un chien sauvage extrêmement rare de nos jours, selon CNN. C’est un rapace qui l’aurait fait tomber. L’animal a été recueilli par un sanctuaire et sera surveillé de près par la Fondation australienne des dingos.

Trouvé au mois d’août par un couple dans leur jardin dans la ville australienne de Wandiligong, le chiot est un dingo 100% pure race, rapporte CNN.

Посмотреть эту публикацию в Instagram

Публикация от Wandi Dingo (@wandi_dingo)

D’après la directrice de la Fondation australienne des dingos, il est devenu extrêmement rare d’en apercevoir.

Посмотреть эту публикацию в Instagram

Публикация от Wandi Dingo (@wandi_dingo)

«Ils sont nos prédateurs ultimes, ils sont nos lions. Leur travail est de réguler la population des kangourous. C’était leur travail avant l’arrivée des Européens, c’était leur travail depuis des milliers d’années», a-t-elle souligné citée par CNN.
Посмотреть эту публикацию в Instagram

Публикация от Wandi Dingo (@wandi_dingo)

La directrice de la fondation a annoncé que le dingo jouera un rôle important dans le programme de reproduction du sanctuaire, en vue de préserver cette espèce considérée comme menacée.

Victime d’un oiseau de proie?

Après avoir découvert le chiot dans leur jardin, le couple l’a montré à une vétérinaire qui a remarqué des éraflures sur la nuque de l’animal.

Elle pense qu’un rapace s’en est saisi et l’a emporté pour le manger, mais l’a fait tomber. Le couple croyait que c’était un chien errant.

Lire aussi:

Une octogénaire étranglée, dépouillée et enfermée dans un placard, près de Calais
La Russie proteste suite à la violation de sa frontière par un destroyer US et se dit prête à réagir aux provocations
Un scientifique nucléaire iranien de haut rang assassiné près de Téhéran - images
Comment les policiers ont justifié les coups portés sur le producteur de musique à Paris
Tags:
dingos, chiens, Australie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook