Société
URL courte
3262
S'abonner

Epic Games, développeur du jeu en ligne Fortnite, explique que tricherie ne rime pas avec son produit et qu’il l’interdira aux joueurs pris en flagrant délit. Une peine «à vie» est déjà tombée.

Tricher a valu à un joueur comptant plus de deux millions d’abonnés sur YouTube son droit de jouer à Fortnite, ce jeu coopératif de tir. Pris en flagrant délit, le dénommé Jarvis, connu en ligne sous le pseudonyme de FaZe Jarvis, a en effet été banni à vie par l’éditeur, Epic Games.

Comme le précise la presse, ce jeune de 17 ans a mis en ligne une vidéo le montrant se servir d’aimbots, qui visent automatiquement les autres joueurs pour leur tirer dessus plus facilement.

En outre, le jeune a été privé du droit d’assister aux événements liés à Fortnite et même de créer du contenu autour du jeu en question.

Des remords

«C’était une énorme erreur et j’avais absolument tort», a déclaré l’adolescent dans une vidéo le montrant présenter ses excuses.

En larmes, il explique qu’il ne réalisait pas que cela déboucherait sur son bannissement à vie.

Il affirme en outre que la vidéo pour laquelle il a été sanctionné a été réalisée pour divertir et qu'il n'avait pas l'intention de se servir d’aimbots lors d’une compétition.

Compatissant, de nombreux fans ont lancé le hashtag #FreeJarvis.

Toutefois, les règles de la communauté Fortnite stipulent que la tricherie est interdite et préviennent que toute violation des règles «peut entraîner une action contre votre compte jusqu’à une interdiction permanente».

Lire aussi:

Les violences urbaines s'étendent, et avec elles les territoires perdus de la République?
Ce ne sont pas les dinars libyens qui sont «faux» mais les dires des USA: Moscou réagit aux accusations de Washington
Les Français font davantage confiance à Didier Raoult qu’à Olivier Véran, selon un sondage
Mort de George Floyd: le gouverneur du Minnesota annonce la mobilisation totale de la Garde nationale
Tags:
fraude, interdiction, jeux vidéo
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook