Société
URL courte
8326
S'abonner

Une quarantaine de personnes militant pour les droits des animaux se sont introduites dans un élevage de canards en Belgique. En raison du stress, plus de 180 sont morts et 300 autres ont par la suite été abattus, affirme le gérant des lieux.

Près de 500 canards sont morts suite à une action menée par les défenseurs de la cause animale Animal Resistance, samedi 9 novembre, chez le dernier producteur de foie gras de Flandre, a annoncé ce dernier.

Une quarantaine de personnes ont ainsi fait irruption samedi 9 novembre dans son établissement afin de dénoncer les conditions de vie des canards, indique l’agence Belga.

«Les canards sont très sensibles au stress. L’irruption bruyante des activistes, avec leur GSM, a provoqué un choc. Pour les canards, c’est une situation menaçante qui a en outre duré longtemps. Depuis, 180 d’entre eux sont morts», a affirmé le gérant. Selon lui, l’action d’Animal Resistance était surtout destinée à assurer la publicité de l’organisation.

Dans une interview accordée à la BBC, il a précisé qu’environ 300 autres canards, présents au moment de l’intrusion, avaient été abattus le 12 novembre en raison de faibles chances de survie.

Animal Resistance rejette tout lien entre son action et la mort des palmipèdes.

«Les animaux étaient déjà malades et étaient contenus dans des conditions épouvantables. Nous avons agi calmement et nous étions accompagnés d'un vétérinaire», a déclaré le groupe dans un communiqué.

Sur Facebook, les activistes ont diffusé des vidéos montrant les conditions dans lesquelles les animaux étaient élevés.

Lire aussi:

Ces bonnes habitudes à prendre pour perdre du poids, selon une nutritionniste
Didier Raoult interpelle l'OMS sur le remdesivir et en dénonce les effets secondaires
«Je vais te venger»: la promesse de la femme du chauffeur tabassé jusqu’à la mort cérébrale à Bayonne
L’Égypte a besoin d’armes, la France répondra-t-elle présente?
Tags:
élevage, Belgique, foie gras, canards
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook