Ecoutez Radio Sputnik
     Clés USB (image d'illustration)

    Ce qu’il faut savoir sur la nouvelle génération USB

    © CC0 / EsaRiutta / Clés USB
    Société
    URL courte
    2716
    S'abonner

    La prochaine norme USB a été ratifiée et les fabricants vont pouvoir commencer à l'intégrer sur leurs appareils et composants. Ainsi, le nouveau protocole USB promet une vitesse doublée et une rétrocompatibilité avec d’anciens périphériques.

    En septembre 2019, l’USB Implementers Forum (USB-IF) qui avait réuni des représentants de grands groupes internationaux de la tech, comme Apple, HP, Microsoft ou encore Intel, a officiellement adopté la norme pour la prochaine génération USB: USB4. Mais qu'est-ce qui va changer?

    L’USB4 est fondé sur le protocole ThunderBolt 3 d’Intel dont de nombreux modèles Mac et Macbook disposent déjà. Ce protocole permettra de bénéficier d’un débit bien plus rapide, capable d’atteindre les 40 Gb/s (Gen 3×2) avec un équipement adéquat. En outre, grâce à l’USB4, l’utilisateur pourra brancher deux moniteurs 4K à 60 Hz (DisplayPort 1.2), un seul écran 5K ou une carte graphique externe au PC.

    Rétrocompatibilité

    En se fondant sur l'USB 3.2, la nouvelle norme permettra une rétrocompatibilité avec d'anciens périphériques de type USB 2.0 ou USB 3.0, soit un standard universel pour les univers Mac et PC au travers des câbles USB-C. C’était le désir d’un grand nombre d’utilisateurs.

    Disponibilité

    Les premiers appareils compatibles devraient sortir dans le commerce au cours du deuxième semestre 2020. Cela ne signifie pas pour autant que l’USB4 deviendra la norme. En effet, il faudra du temps pour que cette norme soit définitivement intégrée.

    Lire aussi:

    Elle tente d’ouvrir les mâchoires d’un puma pour en arracher son chien
    Il prend sa retraite à 24 ans grâce à une épargne agressive
    Réforme des retraites: Delevoye déclare finalement 13 mandats et regrette une «erreur»
    Tags:
    Intel, protocole, clé USB
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik