Société
URL courte
267227
S'abonner

Un documentaire strictement réservé aux adultes a été diffusé en séances privées dans plusieurs villes iraniennes, a annoncé le site Al-Monitor. Il évoque notamment les conséquences, jugées néfastes par ses auteurs, de la révolution sexuelle aux États-Unis et de la liberté sexuelle, ainsi que l'apparition du magazine Playboy.

Le ministère iranien de la Culture et de la Guidance islamique a délivré son autorisation à la projection encadrée du documentaire iranien XSunami: Souvenirs d'une star du porno.

Le film de Mohsen Aghaei, réalisateur et auteur du scénario, qui entretient des relations étroites avec les autorités et les structures de contrôle iraniennes, vise à «exposer la décadence sexuelle américaine», a indiqué le site Al-Monitor.

XSunami est le récit à la première personne d'une star du porno américaine sur la révolution sexuelle aux États-Unis dans les années 1960, l'apparition du magazine Playboy, l'éducation sexuelle à l'école. Ainsi que les conséquences néfastes de la liberté sexuelle qui vont, selon les auteurs du film, de la propagation du sida à la séparation des familles et à l’augmentation des familles monoparentales, en passant par l’exploitation sexuelle des femmes.

Séances privées

Le documentaire, qui est réservé aux adultes et qui a demandé trois ans de travail, a déjà été présenté en séances privées à Téhéran, Ispahan et à Mechhed. Cette dernière, ville sainte pour les chiites, figure sur la liste des plus conservatrices du pays, ses autorités interdisant même les concerts.

Le 10 novembre, le ministère de la Culture et de la Guidance islamique a annoncé que XSunami ne disposait d'aucune autorisation officielle à la projection publique du film.

Lire aussi:

Covid-19, en continu: la France n’est pas «encore au pic épidémique», prévient Véran
«C'est n'importe quoi!»: l’exécutif nie les dates du déconfinement annoncées en direct par Hanouna
Quand La Poste cachait un immense stock de masques en période de pandémie
Tags:
porno, Iran, film
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook