Ecoutez Radio Sputnik
    Image d'illustration

    Un compte Twitter de Huawei piraté pour une seule raison: insulter Apple

    © Sputnik . Irina Kalachnikova
    Société
    URL courte
    192
    S'abonner

    Bien que le géant chinois continue d’étendre ses activités au Brésil, son compte Twitter semble aller dans une autre direction: les hackeurs qui l’ont piraté ont insulté la marque à la pomme.

    Huawei cible le marché brésilien avec le lancement de smartphones et autres produits technologiques. Cependant, la société chinoise a attiré l’attention à la veille du Black Friday en raison de tweets embarrassants dus au piratage de son compte officiel brésilien Twitter.

    Image d'illustration
    © Sputnik . Irina Kalachnikova
    Les hackeurs ont commenté le déroulement du Black Friday dans le pays et ont écrit des insultes destinées au concurrent de Huawei, Apple.

    Quant aux messages consacrés au Black Friday, ils promettaient que les utilisateurs les plus modestes ne seraient pas en mesure d’acheter les produits de la marque à la pomme et appelaient au communisme.

    Les pirates ont par ailleurs tweeté sur Apple de manière insultante. «Hey Apple! Nous sommes les meilleurs!», annonçait ainsi un message suivi par des insultes.

    Peu de temps après, Huawei a présenté ses excuses et réaffirmé son respect pour les consommateurs, promettant de poursuivre les malfaiteurs. Une enquête interne sera ouverte.   

    La société chinoise a annoncé qu’elle prendrait des mesures et a promis que ses produits bénéficieraient d’une réduction notable au Brésil.

    Lire aussi:

    Seine-Saint-Denis: un homme muni d’un couteau crie en pleine rue «Allahu akbar» et meurt après s'être fait interpeller
    Des policiers «en embuscade» chargent des manifestants et renversent un paraplégique à Rennes - vidéo
    Retraites: Macron et Philippe ont-ils bafoué la Constitution en laissant Delevoye au gouvernement?
    Tags:
    insulte, Brésil, Twitter, Huawei, Apple
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik