Société
URL courte
2111
S'abonner

À sept mois du coup d’envoi des JO 2020, des points chauds de radiation ont été découverts au centre sportif J-Village de Fukushima, où débutera le périple de la flamme olympique.

Greenpeace a annoncé avoir détecté des radiations dans la région de Fukushima, près du lieu de départ du relais de la flamme olympique à travers le Japon.

L'organisation de défense de l'environnement demande sur son site de nouvelles mesures des radiations et des efforts supplémentaires de nettoyage, précisant que ses enquêtes avaient révélé des zones de taux élevés de radiation près du J-Village, un complexe sportif situé à une vingtaine de kilomètres de la centrale nucléaire de Fukushima dévastée en 2011 par un tsunami.

Selon Greenpeace, le taux de radiation au niveau du sol atteint 71 microsieverts par heure. Bien qu'il ne soit pas considéré comme dangereux en cas d’exposition de courte durée, ce niveau est 1.775 fois plus élevé que celui d’avant la catastrophe de mars 2011.

Le ministère japonais de l'Environnement a de son côté indiqué que la zone dans son ensemble était sûre tout en précisant être en discussions avec les collectivités locales pour une surveillance de la région avant l'ouverture des Jeux olympique le 24 juillet.

Centre de lutte contre les conséquences de la catastrophe de 2011

Le complexe sportif J-Village dans la région de Fukushima, au nord du Japon, fut pendant plusieurs années un centre opérationnel de lutte contre les conséquences de la catastrophe nucléaire de 2011. Redevenu récemment un centre d'entraînement, il sera un symbole d'espoir en accueillant la flamme olympique l'an prochain.

Lire aussi:

L'ancien international de rugby Christophe Dominici retrouvé mort dans les Hauts-de-Seine
Pour Macron, «le pic de la seconde vague est passé», une «nouvelle étape» s'annonce
Bill Gates prédit l'apparition d'une nouvelle pandémie
Tags:
Fukushima, radioactivité, JO 2020, Japon
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook