Société
URL courte
Par
436927
S'abonner

13 jeunes individus avaient tenté de brûler vifs des policiers en 2016. Mais hier soir, la peine exemplaire attendue par les policiers n’est pas tombée. Une décision qui vient creuser la fracture entre Police et Justice, selon Linda Kebbab, déléguée du syndicat Unité SGP Police.

Deux voitures de police étaient ce jour-là à l’arrêt, non loin de la Grande Borne, «îlot sensible régional» depuis 1982. Dans cette cité du 91, la journée du 8 octobre 2016 a viré au cauchemar pour quatre agents des forces de l’ordre. 

Pris d’assaut par une meute de jeunes individus cagoulés et armés de 13 cocktails Molotov, les policiers furent enfermés dans leur voiture en flammes. Ils parviendront à s’en extraire, mais pour être lynchés à terre par leurs agresseurs. Deux seront brûlés très grièvement, dont Vincent, sur un tiers de son corps et de son visage. Tous seront traumatisés. «L’un a dû les supplier en leur disant qu’il avait trois enfants», rapporte, la gorge nouée, Linda Kebbab, policière et déléguée nationale du syndicat Unité SGP Police qui s’est porté partie civile au procès.

Des barbares libérés dans quatre ans?

Depuis trois ans, le verdict était attendu par les forces de l’ordre. Seuls 13 des 19 barbares avaient été identifiés par les caméras de surveillance, et c’est un mineur de 17 ans et 50 semaines qui a été considéré «cerveau» de l’attaque, sa minorité sera levée durant le procès. Durant tout le procès, les prévenus avaient choqué les observateurs par leur indifférence totale, avachis, se déchaussant pour être confortables, et même souriant. Face à cette tentative d’homicide d’une violence inouïe, la décision du tribunal devait symboliser la reconnaissance des risques encourus par les policiers, et ces derniers espéraient une sanction exemplaire.

Linda Kebbab était hier soir au Tribunal de Grande Instance d’Évry, et le verdict est tombé tard, quelques secondes avant minuit. Cinq acquittements et 8 condamnations de «10, 10, 12, 12, 18, 18, 18, et 20 ans»: des peines bien plus légères que celles, de 20 à 30 ans, requises par le Parquet. Et des peines disparates, dues à l’individualisation de la peine, bien que la «coaction» ait été retenue.

«Ce ne sont pas les cinq acquittements qui nous choquent», explique la policière. Les jurés ont en effet appliqué le principe très simple selon lequel «le doute profite à l’accusé», en cas de manque de preuves. Mais que dire des autres?

«10 ans, cela veut dire, puisqu’ils sont en détention provisoire depuis trois ans, qu’ils sont libérables dans quatre ans!», s’insurge-t-elle.

«C’est un message aux criminels en puissance», affirme Linda Kebbab sans hésitation, avant d’ajouter: «La circonstance aggravante, tuer quelqu’un pour ce qu’il est, à savoir policier, n’a pas été retenue.» Pour elle, pas de doute, les effets sur la psychologie des délinquants seront considérables: «Ils se diront “je risque moins en me prenant à un flic que dans un braquage à main armée!”»

Le sentiment d’impunité, vrai vainqueur du procès?

Pour Linda Kebbab, «l’appel à la paix sociale» a joué dans l’esprit des juges. Une erreur, selon elle: en réalité, c’est «la loi du silence, la loi du territoire, la loi du tabassage contre les témoins» qui en sortent vainqueur. En effet,

«Un témoin a dû s’enfuir en Afrique pour avoir témoigné. Et même à Bamako, il a reçu des menaces. Depuis, il a disparu, on ne l’a pas retrouvé, il est peut-être mort…»

Les accusés semblent s’en être sortis à bon compte, malgré une sauvagerie innommable, alors voici la policière qui accuse à son tour les juges militants. Ils portent à ses yeux une responsabilité considérable: «La justice met en place la Police qu’elle se dépeint depuis longtemps.» Une Police déjà à bout, poussée vers la violence, voire à se faire justice elle-même, à défaut d’être soutenue par le Droit.

Dans un contexte social tendu, le verdict est tombé au plus mal, à quelques heures de la grève du 5 décembre. Le syndicat SGP Police a appelé à fermer des commissariats quelques heures. «Les retours que nos avons eu cette nuit n’étaient pas bons», constate Linda Kebbab. Chez les Bleus, la colère s’amoncelle encore davantage:

«C’est inquiétant pour l’état d’esprit des collègues, prévient-elle. Cela renforce le fait de ne plus y croire. Et quand on ne croit plus à son métier, on le fait mal…»

Lire aussi:

La Syrie promet d'abattre tout avion violant son espace aérien
Un chien protège un garçon de trois ans perdu dans les bois
La punition qu’un père administre à ses filles qui refusent de porter le voile
Tags:
police, procès, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook