Société
URL courte
7510
S'abonner

Parmi toutes les aventures et expériences, aussi étranges qu’incroyables, relayées sur les réseaux sociaux, certaines retiennent particulièrement l’attention. Comme celle de cet homme qui, quand il était enfant, avait demandé à une entreprise une peluche «sur mesure» et qui, à son grand étonnement, avait reçu son animal préféré: un oryctérope.

Une histoire étonnante et attendrissante tirée de son enfance a été récemment racontée sur Twitter par un certain Clark Neily, aujourd’hui un sérieux juriste.

Alors qu’il était enfant, il s’est décidé à écrire une lettre à la société Possum Trot, qui, dans les années 1970-1980, fabriquait entre autres des marionnettes et des peluches. Le petit Clark appréciait alors les produits de la société et a décidé de lui faire part de ses sentiments.

«Cher Possum Trot, je suis ton fan depuis de nombreuses années. Quand je suis entré dans un magasin, j’y ai vu l'un de tes castors. Je l’ai aimé immédiatement et ma sœur a été absolument fascinée. L'année dernière, j'ai fait un exposé sur l'oryctérope du Cap et depuis, ce sont mes animaux préférés», a-t-il écrit.

Le petit garçon s’est décidé à demander à la compagnie de lui fabriquer un jouet reproduisant ce mammifère, l’un des plus rares sur la planète, appelé également cochon de terre.

Il a relaté avoir demandé si «par hasard vous pourriez faire un oryctérope».

«Nombreux sont ceux qui ne comprennent pas leur différence d’avec les fourmiliers et les confondent. Or, il y a vraiment une différence, car la queue des fourmiliers est touffue et leurs oreilles sont courtes», a expliqué le petit Clark.

Il avait accompagné sa lettre d’un dessin représentant les deux mammifères.

«P.S. Ne les confondez pas»

Au bas de la lettre, l’enfant priait la société de lui écrire pour lui faire connaître sa décision et avait ajouté un post-scriptum: «P.S. Ne les confondez pas».

Il a posté sa lettre sans pour autant espérer qu’elle serait lue ni, encore moins, prise au sérieux.

Toutefois, «environ six mois plus tard, j'ai reçu une grande boîte avec un oryctérope» de la part de Possum Trop, a-t-il raconté.

Possum Trot indiquait pour commencer dans son courrier «être désolée» d’avoir mis tant de temps pour répondre.

Mais elle avait aussi ajouté un cadeau: «ci-joint notre nouvel oryctérope. Nous avons pris votre lettre très au sérieux et nous espérons que notre oryctérope rencontrera votre approbation».

L’entreprise précisait que le nouveau jouet serait mis en vente prochainement.

«Nous espérons que cela ne vous dérange pas que nous ayons nommé notre oryctérope Clark», ajoutait-elle.

L’oryctérope et le fourmilier - également appelé tamanoir - sont tous les deux insectivores, mais le premier est originaire d’Afrique et le second d'Amérique centrale et du Sud. Ils ont également des apparences différentes.

Lire aussi:

Une syndicaliste policière s’en prend en direct au patron de BFM TV, accusant la chaîne de «mensonge»
Agriculteur en colère: marre des «écolo-bobos donneurs de leçons»
Assassinat de Mohsen Fakhrizadeh: un temps Mossad à Téhéran
Ces 25 propriétaires du 93 ont appris par simple lettre qu’ils étaient expropriés
Tags:
enfants, demande, jouet, peluche
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook