Société
URL courte
91218
S'abonner

Plusieurs centaines de membres du mouvement Extinction Rebellion ont lancé ce 18 janvier une opération de désobéissance civile au Salon de l’auto à Bruxelles pour dénoncer les mensonges de l’industrie automobile. Quelque 185 participants ont été arrêtés par la police.

Le Salon de l’auto à Bruxelles a été perturbé ce samedi 18 janvier par des militants d’Extinction Rebellion. Plusieurs centaines de membres de ce mouvement social écologiste international ont fait irruption dans les salles du Salon et sont parvenus en haut de l’entrée principale pour remplacer la publicité automobile par la bannière «Stop CO2 émissions».

En outre, plusieurs militants se sont enchaînés au volant des voitures exposées dans les palais de Brussels Expo, tandis que d’autres ont tagué des véhicules et les ont aspergé de faux sang.

Ils ont également organisé un die-in.

Le but de l’action est de protester contre l’image flatteuse que l’industrie automobile se fait.

«L’industrie automobile nous ment»

En effet, le secteur automobile a déjà menti à plusieurs reprises au sujet de l’impact écologique de ses produits, par exemple dans l’affaire du «dieselgate».

De fausses amendes ont par ailleurs été placées sur les pare-brise de voitures pour dénoncer les mensonges de l’industrie automobile.

En outre, des notes sur le tableau de bord indiquaient: «L’industrie automobile nous ment».

Les policiers ont dû intervenir et ont mené environ 185 arrestations administratives, a déclaré Ilse Van de Keere, la porte-parole de la zone de police Bruxelles Capitale-Ixelles, citée par BX1.

Lire aussi:

Des chasseurs vénézuéliens Su-30 et F-16 escortent le 2e tanker iranien - vidéo
Les aliments les plus dangereux pour le foie énumérés
Le pétrole iranien au Venezuela: les dessous d’une manœuvre stratégique «face à un même adversaire»
Un enfant disparaît toutes les 10 minutes en France, voici la cause principale
Tags:
interpellation, actions, Bruxelles, Extinction Rebellion
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook