Société
URL courte
1202
S'abonner

Une quinzaine d’années après le début d'une longue bataille judiciaire, Delphine Boël, fruit d’une histoire entre la baronne de Selys Longchamps et l’ex-roi des Belges Albert II, a été finalement reconnue par ce dernier comme étant son quatrième enfant. Ceci à la suite d’un test ADN exigé par la cour d'appel de Bruxelles.

L'ex-roi des Belges Albert II a reconnu le 27 janvier sa fille née hors mariage il y a plus de 50 ans après plusieurs années de procédure judiciaire. Il s’agit d’une artiste belge plasticienne de 51 ans, née de la longue liaison qu'a eue dans les années 1960 et 1970 sa mère, Sibylle de Selys Longchamps, avec Albert, alors prince héritier, marié depuis 1959 à Paola Ruffo di Calabria.

Comme l’indique l’AFP, Delphine Boël avait porté l’affaire devant les tribunaux en 2013 après l’échec d'une tentative de conciliation.

Test ADN exigé

Albert avait toujours nié cette paternité. Ce n’est qu’en mai dernier qu’il a dû se soumettre à un test ADN à la suite d'une décision de la cour d'appel de Bruxelles. Le résultat, qui devait rester dans un premier temps confidentiel, a été annoncé le 27 janvier dans un communiqué:

«Sa Majesté le Roi Albert II a pris connaissance des résultats du prélèvement ADN auquel il s'est prêté à la demande de la cour d'appel de Bruxelles. Les conclusions scientifiques indiquent qu'il est le père biologique de Madame Delphine Boël.»

D'après RTL, Delphine Boël, reconnue comme fille d'Albert, pourrait prétendre «à un quart de ce que les autres enfants auront droit» au décès du souverain, depuis qu'une récente loi sur l'héritage a été modifiée en Belgique.

Mais elle ne devrait pas avoir de dotation et d'accès au trône puisque la Constitution belge prévoit que les héritiers de la couronne doivent être légitimes.

Lire aussi:

Des photos d’employés des pompes funèbres pendant l’enterrement de Maradona scandalisent l’Argentine
Comment les policiers ont justifié les coups portés sur le producteur de musique à Paris
Un scientifique nucléaire iranien de haut rang assassiné près de Téhéran - images
Tags:
roi Albert II, Belgique, tests ADN, ADN
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook