Société
URL courte
14476
S'abonner

Pour la première fois, des chercheurs ont fait usage d’une technique liée à l’intelligence artificielle pour analyser les témoignages de personnes ayant vécu une expérience de mort imminente, ce qui leur a fait constater que les sensations éprouvées étaient souvent très positives.

Que ressent-on après la mort? Des chercheurs des universités Western, au Canada, et de Liège, en Belgique, ont tenté d’en savoir davantage en faisant usage de la technique du «text mining» (fouille de textes) sur des témoignages de personnes ayant fait l’expérience de mort imminente (EMI). Ces «témoins de l’Au-delà» ont utilisé en majorité des mots à connotation positive pour décrire leurs sensations et visions.

Alors que les études précédentes se contentaient de donner des questionnaires standardisés à des personnes ayant vécu une EMI, celle-ci a adopté une nouvelle approche en analysant 158 témoignages grâce au text mining. Cette technique fait partie du domaine de l’intelligence artificielle et consiste à comparer des textes en utilisant des algorithmes basés sur la linguistique et la compréhension du langage naturel.

«Le text mining est complètement impartial. C’est une méthode totalement automatique, tandis que nous, chercheurs, n’émettons aucune hypothèse», a expliqué Andrea Soddu, auteur de l’étude, sur le site de l’université Western.

Ainsi, cette étude a permis de déterminer que des mots comme «voir» et «lumière» apparaissaient dans de nombreux témoignages, alors des mots à connotation négative comme «peur» et «mort» n’apparaissaient que dans 1 à 2% des témoignages.

Un sentiment de satisfaction et de bonheur

Adam Trapp, dont le témoignage a eu lieu après cette étude, a décrit son expérience auprès de CTV News.

«C’était simplement comme si je me réveillais d’une sieste dans un endroit où j’avais toujours vécu. Je ne ressentais pas de peur ou autre, simplement de la satisfaction et du bonheur».

Cet ambulancier s’est retrouvé dans un état de mort clinique pendant 11 minutes après avoir été électrocuté en travaillant avec du bois.

Une fois toutes les données récoltées, les neuroscientifiques ont développé des représentations visuelles de leurs résultats, comme des graphiques, pour illustrer la proximité de certains mots aux connotations positives et négatives. Leur étude a été publiée le 30 janvier dans la revue PLOS One. La prochaine étape consistera à observer les biomarqueurs dans le cerveau pour observer les changements neurologiques qui interviennent après une expérience de mort imminente.

Lire aussi:

Des musulmans investissent une mairie et exigent des excuses d’un élu pour ses propos jugés racistes
Macron met en garde contre une «accélération extrêmement forte» de la propagation du coronavirus
Une étudiante arrêtée pour avoir justifié le meurtre de Samuel Paty
Tags:
intelligence artificielle, méthodes, expérience, étude, vie après la mort, décès, mort clinique
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook