Société
URL courte
0 2331
S'abonner

Avec l’estomac gonflé par son repas, un grand python olive a fait escale dans le jardin d’une Australienne qui l’a découvert en pleine digestion. Elle a dû recourir à l’aide d’un attrapeur de serpents qui lui a révélé que le reptile s’était délecté d’un chat.

Une famille de la Sunshine Coast, en Australie, a fait appel à un attrapeur de serpents après avoir découvert dans son jardin un python olive dont l’estomac était gonflé par un récent repas. Le professionnel de ces reptiles a d’abord pensé que le serpent s’était délecté d’un opossum, avant de comprendre qu’il s’agissait d’un chat.

Interrogée par le Sunshine Coast Daily, la femme qui a fait cette découverte dans son jardin a décrit la scène qui s’est présentée à elle:

«Vu l’énorme renflement de son estomac, vous pouviez dire qu'il [le serpent] était rassasié. Je pense qu'il faisait une sieste quand je l'ai découvert.»
«Merci d'être venu si vite ce matin, c'était assez stressant de savoir que ce gros python olive avait mangé un chat. Ceci aurait pu facilement être notre très cher animal de compagnie», a-t-elle indiqué dans son message sur Facebook accompagné d’une photo du serpent.

Le reptile a été par la suite relâché dans les bois.

Les propriétaires du chat dévastés

La propriétaire du chat a été retrouvée et contactée par le vétérinaire, laissant la famille dévastée par la perte de leur compagnon à quatre pattes. Leur chat restait à la maison pendant la nuit et était autorisé à sortir pendant la journée, selon une publication sur Facebook de l’attrapeur de serpents.

Le professionnel a mis en garde les propriétaires de chats: la sécheresse pousse les serpents à se rapprocher des maisons en quête de nourriture.

Lire aussi:

Un jeune homme tué à coups de couteau et de tesson de bouteille dans le métro de Lyon
Marine Le Pen dévoile le nom de son ministre de la Justice en cas de victoire en 2022
L’UE réagit aux sanctions contre l’Iran rétablies unilatéralement par les États-Unis
Tags:
chats, Australie, serpents, pythons
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook