Société
URL courte
Par
131285
S'abonner

Une Française qui voyageait à cheval au Kirghizstan y a trouvé son futur chien. Celui-ci a suivi la caravane du début et à la fin, raconte-t-elle à Sputnik. La jeune femme est finalement restée deux mois supplémentaires à Almaty, au Kazakhstan, pour remplir des papiers afin de pouvoir rentrer en France avec son nouvel ami.

L’histoire a commencé en mai 2019. Deux Françaises, Léopoldine et sa petite sœur, décident de traverser une partie du Kirghizstan et du Kazakhstan à cheval. C’est la première grosse randonnée de ce type pour les deux sœurs qui n’avaient jusqu’alors jamais fait un aussi long voyage à cheval, un «apprentissage». Cette première expérience va pourtant leur réserver une très belle surprise, parmi tant d’autres, confie-t-elle à Sputnik.

© Photo / Léopoldine Desprez
Ben le chien

La veille de leur départ, un chien apparaît. Il décidera de suivre les voyageuses tout au long de leur périple.

Baptisé Ben par ses nouvelles amies, il part avec elles en voyage. Il ne les quittera jamais. Il suit la caravane pendant cinq mois. Qui plus est, en tant qu’indigène, Ben se fait un devoir d’assurer le bon déroulement de la randonnée. Il protège la caravane et les chevaux. C’est notamment grâce à Ben que le voyage se passe aussi bien, explique Léopoldine.

© Photo / Léopoldine Desprez
Ben le chien

Un accompagnateur fidèle

Au cours du périple, la composition de l’équipe change. La sœur de Léopoldine repart avant qu’un ami ne la rejoigne. Mais Ben reste fidèle au poste.

Посмотреть эту публикацию в Instagram

Публикация от Shakir Islambakiyev (@shakir_islambakiyev)

«Lui, il nous a adoptées au début. Et puis nous, on l’a adopté à la fin du voyage puisqu’on pouvait difficilement le laisser au Kazakhstan, après tout ce qu’on avait traversé», raconte Léopoldine.

© Photo / Léopoldine Desprez
Ben le chien

Mais le chien n’est pas identifié et n’a donc pas de documents. Pour pouvoir le ramener en France, Léopoldine doit rester deux mois à Almaty à la fin de sa traversée pour régler toutes les formalités et lui faire tous les vaccins nécessaires afin qu’il puisse sortir du territoire et passer la frontière européenne.

© Photo / Léopoldine Desprez
Ben le chien

Tout apprendre

Néanmoins, ce changement d’itinéraire quelque peu inattendu n’a pas été qu’un retard forcé «en ville, immobilisée». Léopoldine confie que ça a été l’occasion de «faire de très très bonnes connaissances à Almaty» et de connaître un petit peu mieux le pays.

Une fois les papiers réglés, c’est au tour de Ben d’apprendre. «Étonnamment, je pense que c’est un chien qui n’avait jamais vu de voiture avant. Il a donc dû tout apprendre: voiture, avion, train…», raconte Léopoldine.

© Photo / Léopoldine Desprez
Ben le chien

Heureusement pour le chien et sa nouvelle propriétaire, Ben s’est très bien adapté à sa nouvelle vie qui diffère tant des montagnes kirghizes auxquelles il était habitué jadis, avec un froid extrême en hiver et une chaleur difficilement supportable l’été. Il s’est adapté au climat français et se porte à merveille, se réjouit l’aventurière.

Lire aussi:

Valéry Giscard d'Estaing mort des suites du Covid-19
Une syndicaliste policière s’en prend en direct au patron de BFM TV, accusant la chaîne de «mensonge»
Télétravail, une bombe à retardement pour la compétitivité économique des entreprises françaises?
Agriculteur en colère: marre des «écolo-bobos donneurs de leçons»
Tags:
France, voyages, Kazakhstan, Kirghizstan, chiens
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook