Société
URL courte
11476
S'abonner

Une petite ville de Croatie propose aux nouveaux arrivants de moins de 40 ans une maison pour 0,13 euro ainsi qu’un emploi. La seule condition est de rester y vivre pendant 15 ans.

Une région dépeuplée de Croatie propose des logements et des terrains pour une  kuna symbolique, soit l’équivalent de 0,13 euro, espérant renverser le déclin de la population qui fait dépendre le pays des travailleurs étrangers, notamment dans le tourisme et le bâtiment.

Selon la société de médias bne IntelliNews, qui se réfère à la radio-télévision croate Hrvatska radiotelevizija (HRT), la petite ville de Legrad dont la population ne compte que 2.241 habitants, offre aux familles d’actifs de subventionner l’achat d’une maison à hauteur de 35.000 kunas, soit environ 4.600 euros, ainsi que des rénovations pour l’équivalent de 3.300 euros.

«Nous n'avons pratiquement pas de chômeurs, c'est-à-dire que nous recherchons plus de travailleurs», a déclaré le maire de Legrad, Ivan Sabolic, à HRT.

Les principales conditions posées par la municipalité sont que les acheteurs doivent avoir moins de 40 ans et accepter de vivre dans la ville pendant au moins 15 ans.

Un pays qui souffre de dépopulation

Depuis que la Croatie est entrée dans l'Union européenne, en 2013, elle a connu une importante émigration  en direction de l’Europe occidentale, principalement de sa population en âge de travailler.

Selon les prévisions à long terme de la Division de la population des Nations unies, la population croate passera de quelque 4 millions recensés en 2018 à seulement 2,2 millions d'ici 2021.

Lire aussi:

«Un objet enfoncé dans le crâne»: un violent meutre de deux femmes à Paris
Un très fort bruit d’explosion entendu à Paris et en Île-de-France
«Ils sont voleurs, ils sont assassins, ils sont violeurs»: propos polémiques de Zemmour sur les mineurs isolés - vidéo
Oubliée dans une voiture, une enfant décède sur le parking de l'hôpital à Cayenne
Tags:
immobilier, emploi, Croatie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook