Société
URL courte
Propagation du coronavirus - avril 2020 (210)
1262
S'abonner

À peine quelques semaines après avoir perdu son emploi en raison de l’épidémie de coronavirus, cet Australien a empoché une fortune au loto: plus de 2,7 millions d’euros. Ce jackpot lui a offert «un soulagement complet», a-t-il confié au Daily Star.

Cet habitant de la ville australienne d’Adelaide a perdu son travail à cause de la crise pandémique mais n’a pas «pleuré» longtemps: il a décroché un véritable pactole au loto, écrit le Daily Star le 14 avril.

L’homme va donc désormais recevoir près de 11.500 euros chaque mois pendant 20 ans pour une somme totale de 2,7 millions d’euros.

«J'ai vérifié mon compte en ligne […] et j'ai vu que j'avais gagné. J’ai réveillé ma femme pour lui dire et elle a crié. C'est incroyable! J'ai consulté mon compte en ligne tant de fois pour voir si c’était réel ... c'est un sentiment merveilleux».

Acheter une maison

Selon le gagnant, sa femme et lui ont récemment eu un bébé, ils vont ainsi dépenser cet argent pour acheter une maison.

«J'ai récemment perdu mon emploi à cause du Covid-19, et cela m’offre donc un soulagement complet. J'ai été tellement stressé récemment, mais maintenant je suis tellement heureux», a avoué l’homme.

Elle devient riche en pleine crise du coronavirus

Récemment, une Britannique de 17 ans, aussi privée de son emploi à cause de l’épidémie de coronavirus, a touché le jackpot et pourra désormais recevoir près de 11.500 euros chaque mois pendant toute l’année.

Comme la jeune femme l’a confié, elle avait inscrit sur le billet les numéros qui avaient déjà fait gagner son oncle défunt: 4, 7, 11, 24, 29.

Dossier:
Propagation du coronavirus - avril 2020 (210)

Lire aussi:

Ces départements qui pourraient être déconfinés avant les autres
Poutine conseille aux autres pays de ne pas «franchir la ligne rouge» avec la Russie
Poutine évoque les nouvelles armes bientôt en service opérationnel dans l’armée russe
Tags:
emploi, Covid-19, millionnaires, loto, Australie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook