Société
URL courte
Par
5212
S'abonner

L’Artemisia, une plante reconnue et répandue en Afrique pour ses vertus antipaludiques, serait efficace contre le coronavirus. Une entrepreneuse affirme avoir été guérie du Covid-19 après s’être servie de cette plante. Pourtant, la communauté scientifique met en garde contre son utilisation, son efficacité étant très hypothétique.

Charlotte Libog, créatrice de la plateforme Afrique Grenier du monde, a été contaminée fin février par le Covid-19. Si elle se dit aujourd’hui guérie, ce ne serait pas grâce à son séjour dans un hôpital français.

«Si, selon le Dr Raoult, la chloroquine soigne ou permet de soulager les malades [atteints du Covid-19, ndlr], je fais le lien avec l’Artemisia, qui est une plante qui guérit de nombreux cas de paludisme en Afrique et un peu partout dans le monde», affirme Charlotte Libog au micro de Sputnik.

L’entrepreneuse explique avoir fait le parallèle avec le traitement du Pr Didier Raoult, qui préconise la chloroquine, un antipaludique, dans la lutte contre le Covid-19. Après avoir constaté les premiers symptômes, elle a consommé une tisane à base d'Artemisia. Ils se sont calmés, puis vite revenus, poussant Mme Libog vers les urgences, «une expérience assez horrible, tout le monde vous regarde comme une pestiférée».

Une fois isolée en unité Covid, elle raconte que les médecins ont émis différents diagnostic: «Tuberculose, embolie pulmonaire.» La jeune femme s'est vu administrer du clamoxyl, un antibiotique. Elle a finalement quitté l’hôpital le lendemain, sur simple demande.

«Je suis rentrée, j’ai continué l’Artemisia et au bout d’une semaine, les douleurs ont commencé à s’estomper et ont fini par disparaitre au bout d’un mois» assure Charlotte Libog à Sputnik.

Un témoignage qui s’ajoute à ceux qui circulent sur les réseaux sociaux.

Le «Covid-Organics» 

L’Artemisia annua (ou Armoise annuelle en langage courant), une plante utilisée en médecine traditionnelle pour ses vertus antipaludiques, serait-elle le nouveau remède contre le Covid-19? Un site d’information guinéen, largement repris sur les réseaux sociaux africains, a ainsi soutenu que l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) aurait reconnu l’efficacité de l’Artemisia contre le Covid-19.

Une nouvelle qui a certainement ravi Andry Rajoelina, Président malgache et inventeur du «Covid-Organics», une boisson à base de cette fameuse plante, créée à Madagascar et présentée par ce dernier comme un remède contre le coronavirus, sans aucun fondement scientifique.

«Si c’était un pays européen qui avait découvert ce remède, est-ce qu’il y aurait autant de doutes? Je ne pense pas. Le problème, c’est que cela vient d’Afrique. Et on ne peut pas accepter qu’un pays comme Madagascar, qui est le 163e pays le plus pauvre du monde, ait mis en place cette formule pour sauver le monde», a déclaré Andry Rajoelina à France 24.

Andry Rajoelina n’a pas caché son souhait de partager son «remède miracle» avec le monde, en commençant par le continent africain, et a promis que l’efficacité du produit ferait l’objet d’essais cliniques. Au même moment, plusieurs pays –dont le Tchad, la Tanzanie ou le Niger– ont reçu la fameuse «tisane». Des envois réalisés «à titre de don», selon Lalatiana Rakotondrazafy, ministre de la Communication de Madagascar.

Une boisson déconseillée par la médecine

Pourtant, l’OMS a douché l’enthousiasme des défenseurs de l’Artemisia: si l’organisation soutient le principe de la médecine traditionnelle, elle a rappelé que celle-ci doit reposer sur des éléments scientifiques probants. À ce titre, elle a plusieurs fois mis en garde contre l’utilisation de la fameuse plante, soulignant qu’il s’agissait d’un remède «probable», mais pas scientifiquement prouvé.

Dans la même lignée, l’Académie de médecine de Madagascar a tenu à rappeler, dans un communiqué, la nature de la boisson vantée par le Président malgache, qui reste «une boisson améliorée» et non un médicament.

​En France, l’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé) est allée encore plus loin dans la critique: elle estime «qu’en plus de se révéler inefficace, elle [l’Artemisia, ndlr] peut engendrer un danger pour la santé».

Lire aussi:

Augmentation de plus en plus forte du nombre journalier de cas de Covid-19 en France
La Palestine qualifie de «trahison» l'accord israélo-émirati et rappelle son ambassadeur à Abou Dhabi
Deux frégates de guerre grecque et turque se seraient heurtées en Méditerranée orientale
Les USA renforcent encore leurs sanctions contre la France
Tags:
Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), Andry Rajoelina, OMS, Covid-19, Afrique
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook