Société
URL courte
1212
S'abonner

Des vidéos de trois hommes «possédés par des démons», mains et pieds liés, pendant le confinement à San Salvador, ont été relayées sur Internet. Alors que leurs proches parlent de rituels sataniques, les autorités avancent l’usage de drogues et de troubles psychiatriques, indique El Salvador Times.

Après avoir prétendument pratiqué des rituels sataniques lors du confinement, trois hommes ont été remis ligotés aux secours de la ville de Delgado, relate le El Salvador Times. Deux vidéos ont été publiées sur les réseaux sociaux.  

Les individus, trois frères, avaient les mains et les pieds attachés lorsque des soignants sont arrivés sur les lieux.

​Les images montrent un homme comme possédé, assis à l’arrière d’une camionnette et entouré d’autres personnes. Il se tortille et dit ressentir «une douleur».

​Une seconde vidéo présente un médecin en train d’examiner l'un des hommes à qui il demande son nom et son âge. Puis quelqu’un répond: «Denis n’a pas d’âge. Mon père est Satan». Le soignant poursuit: «Ah, ton père est Satan, d’accord. Quel âge as-tu?».

Les suppositions de la police

La police s’est également rendue sur place. Interrogé par le journal, un porte-parole a déclaré: «Je n'ai aucune information sur l'affaire, mais je peux vous dire que la seule façon d'appeler Satanas est d’être sous l'effet de la drogue».

Transportés dans un centre médical, les trois intéressés ont subi des tests qui pourraient faire la lumière sur l’origine de leur comportement. La piste de troubles psychiatriques n’est pas écartée par les autorités, précise le journal.

Lire aussi:

Caricatures: Macron se prononce pour la première fois depuis la polémique sur ses propos
Un chef partage son secret pour des pommes de terre rôties parfaites 
Un homme attaque des policiers au centre de Moscou, il y aurait des blessés
Un commerçant de Nîmes interdit l’entrée de son magasin aux femmes voilées
Tags:
San Salvador, confinement, troubles psychiques, satanisme, drogue
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook