Société
URL courte
6492
S'abonner

Pour les autorités fédérales, l’utilisation de WhatsApp «est exclue», a déclaré un responsable allemand, expliquant que le service pouvait éventuellement se servir de ces données pour préciser la profession, la situation financière et même les maladies de l’utilisateur.

Le chargé de mission allemand pour la protection des données au sein du gouvernement fédéral, Ulrich Kelber, a mis en garde les autorités du pays contre l'utilisation du service de messagerie WhatsApp qui appartient à Facebook, a indiqué le quotidien allemand Handelsblatt.

«Je voudrais souligner que l'utilisation de WhatsApp pour une autorité fédérale est exclue», a-t-il indiqué dans une lettre qui a été adressée à tous les ministères et autorités fédérales et qui est à la disposition du Handelsblatt.

Ulrich Kelber a mis en relief l’importance de la protection des données même si des changements dans les canaux de communication sont indispensables «en ces temps difficiles» de crise du Covid-19.

«Juste en envoyant des messages, les métadonnées sont livrées à WhatsApp à chaque fois», a-t-il souligné, supposant que celles-ci pourraient être transmises à Facebook.

Les métadonnées incluent, par exemple, l'adresse IP, les données de localisation, les informations sur le smartphone et son système d'exploitation, ainsi que la date et l'heure du message. Ce qui permet aux experts de créer des profils d'utilisateurs et de faire éventuellement des conclusions sur la profession, les loisirs, la situation financière, les préférences ou même les maladies des utilisateurs, a précisé le journal.

WhatsApp réplique

L’application mobile a pour sa part qualifié de fausses les affirmations d’Ulrich Kelber. Un porte-parole du service a déclaré au Handelsblatt que WhatsApp ne transmettait pas de données d’utilisateurs à Facebook.

«WhatsApp ne peut pas lire les messages, car ils sont cryptés par défaut», a souligné le porte-parole.

Seuls ceux qui se sont envoyés des messages peuvent les lire, mais pas WhatsApp, Facebook ou d'autres personnes.

Le journal rappelle dans ce contexte que l’épidémie de Covid-19 avait créé une situation où les produits Facebook sont particulièrement sollicités. Ainsi, environ trois milliards d'utilisateurs ont accédé ces derniers temps à au moins un produit Facebook, notamment Instagram ou WhatsApp.

Lire aussi:

Les aliments les plus dangereux pour le foie énumérés
Un infectiologue marocain étrille l’étude de The Lancet critiquant la chloroquine
La Russie réduit fortement sa livraison de gaz via la Pologne
Tags:
Facebook, données, Allemagne, WhatsApp
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook