Société
URL courte
222191
S'abonner

Un homme a été pris au dépourvu: il ne s’attendait pas à ce que sa nuit de noces soit entourée d'une tradition exigée par la famille de sa fiancée. Perplexe, le futur mari a partagé son histoire sur le réseau social Reddit.

Quand la fiancée d’un homme lui a proposé de passer leur nuit de noces dans la maison de ses parents, des personnes chaleureuses et attentionnées, le futur mari ne s'y est pas opposé. Il a pourtant fait volte-face après avoir appris les détails du rituel programmé par la famille de sa future épouse: alors que les fiancés sont censés «consommer le mariage» lors de leur première nuit, la famille doit attendre les mariés devant la porte pour ensuite les applaudir, raconte-t-il sur Reddit.

Or, la tradition ne s'arrête pas là. Un morceau du drap utilisé lors de la «consommation» devra ensuite être découpé et cousu dans une grande tapisserie qui appartient à la mère de la femme, a-t-il détaillé. 

«J'ai vraiment paniqué»

L’homme de 23 ans avoue qu’il aime sa future épouse et qu’il veut partager avec elle le reste de sa vie, mais qu’il ne se sent pas du tout à l’aise avec un tel scénario. 

«J'ai vraiment paniqué et je lui ai dit que je ne ferais jamais ce genre de choses devant toute sa famille», a réagi l’homme, choqué, en racontant cette histoire sur le réseau social. Sa fiancée lui a donc ensuite proposé de ne pas réellement «consommer le mariage», mais de juste faire semblant.

Désormais au courant de cette tradition qu'il juge pour le moins inhabituelle et qui, à en croire la mère de la fiancée, existe dans la famille depuis de nombreuses années, l’homme se demande comment s’en sortir sans perdre l’amour de sa vie.

Lire aussi:

«Je vais te venger»: la promesse de la femme du chauffeur tabassé jusqu’à la mort cérébrale à Bayonne
Le directeur du FBI désigne le pays qui représente «la plus importante menace» pour les USA
D’anciens tweets de Darmanin refont surface, une pétition exige sa démission
Tags:
nouveaux mariés, mariage
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook