Société
URL courte
0 64
S'abonner

Alors que masques de protection, gants et désinfectants semblent s’inscrire dans la durée concernant notre quotidien, la propreté fait l’objet d’une attention particulière. Une hôtesse de l’air revient pour les futurs passagers sur ce dont ils doivent se méfier dans la cabine d’un avion.

Une hôtesse de l’air de la compagnie américaine Southwest fait la lumière sur la propreté de certains objets à bord des avions et conseille de s’équiper de produits de nettoyage avant d’embarquer.

Elle a dit au Daily Express que les pauses trop courtes entre les vols obligent le personnel naviguant à effectuer un nettoyage à grande vitesse. Certaines zones de la cabine ne sont pas dûment désinfectées, notamment les plateaux-repas utilisés chaque jour par plusieurs personnes différentes. C’est pourquoi il faut bien réfléchir avant d’y poser de la nourriture.

Les tablettes fixées sur les sièges sont un autre objet de préoccupation.

«J'ai vu des passagers changer la couche de leur bébé sur la tablette et se couper les ongles à bord», raconte l’hôtesse de l’air.

Tout nettoyer soi-même

Ainsi, elle recommande aux passagers de bien nettoyer leur tablette et les autres surfaces.

Début mai, un agent de bord a confié au Daily Express que les poches des sièges étaient l’endroit le moins nettoyé dans la cabine, bien que débarrassées des déchets.

Une enquête récente menée par CBA News Marketplace a révélé que les cinq surfaces les plus sales des avions sont les ceintures de sécurité, les tablettes des sièges, les poignées des toilettes, les poches des sièges et les appuie-têtes.

Lire aussi:

L'armée américaine se préparerait à frapper l'Iran, selon un spécialiste israélien
Un homme tabassé par trois policiers à Paris, qui ont de plus menti dans leur rapport – vidéo choc
Ces 17 millions de Français seront prioritaires pour obtenir le vaccin anti-Covid
Les derniers mots de Maradona dévoilés par une chaîne de télévision
Tags:
hôtesse de l’air, nettoyage, avion
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook