Société
URL courte
1912
S'abonner

Un Boeing 747-8i, qui peut transporter quelque 400 passagers s'il est utilisé à des fins commerciales, a été transformé en un jet luxueux. Il comprend notamment une douche à l'italienne attenante à la chambre principale. Des photos de l’avion qui appartient à un homme d'affaires du Moyen-Orient ont été mises en ligne.

​L’intérieur est si grand qu'il ressemble à un palais volant. Ce Boeing 747-8i a été converti en l'un des plus grands jets privés au monde.

L’appareil, qui peut généralement transporter jusqu'à 400 passagers, est la propriété d’un homme d'affaires du Moyen-Orient, écrit le Daily Star.

​Des photos de l’aéronef ont été mis en ligne sur les réseaux sociaux.

Douche à l’italienne, chambre principale

Ce «palais» comprend tout ce qu’il faut, dont une douche à l'italienne dans la salle de bains privative attenante à l’immense chambre principale.

​Bien que le prix de cet avion ne soit mentionné nulle part, sa valeur pourrait atteindre des centaines de millions d’euros, indique le Daily Star.

Ce Boeing 747-8i est conçu pour transporter 30 à 50 voyageurs. Son réservoir de carburant lui permet de couvrir, sans escale, plus de 12.000 kilomètres.

La transformation a été faite par l’agence de design Cabinet Alberto Pinto. Quatre ans plus tard, cet incroyable espace a vu le jour.

Selon les experts auxquels se réfère le Daily Star, ce jet privé fait rêver en temps de pandémie de coronavirus, quand de nombreuses personnes renoncent aux compagnies aériennes commerciales.

Lire aussi:

Le ministre marocain de la Santé explique que l’hydroxychloroquine est la cible de l’industrie pharmaceutique - exclusif
Une voiture a percuté la grille d’entrée de la chancellerie d’Angela Merkel à Berlin - photos, vidéo
Il faut mettre les migrants «dans des avions pour les renvoyer chez eux» plutôt que de les disperser, estime Zemmour
Des lance-roquettes multiples US déployés en Roumanie: «un message» pour la Russie, selon Forbes
Tags:
palais, vol, avion
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook