Société
URL courte
Par
221749
S'abonner

Un nouveau cas de violences policières a été filmé aux États-Unis. Au mois d’avril, un homme s’est fait arrêter par la police de Los Angeles. Alors qu’il n’opposait aucune résistance, l’un des agents s’est mis à le frapper à plusieurs reprises. L’officier a été inculpé et doit être jugé ce 11 juin.

Ce 9 juin, le procureur du comté de Los Angeles a annoncé l’inculpation pour agression de Franck Hernandez, un agent de police. Ce dernier a été filmé en train de frapper un homme lors d’une interpellation. La vidéo tournée au mois d’avril par un habitant a de quoi choquer.

Alors que l’homme arrêté n’oppose aucune résistance et se met dos aux deux policiers, l’un d’eux se met à frapper l’individu à plusieurs reprises au niveau de la tête, du cou et du reste du corps.

Plus tard, le département de police a également publié la vidéo de la caméra embarquée du policier, relayée par le tabloïd américain TMZ. Les deux agents ont initialement été appelés pour une intrusion. Ils ont croisé le chemin d’un homme, nommé Richard Castillo et lui ont demandé de quitter les lieux. La vidéo débute avec le commentaire de l’un des agents, une femme: «ils font beaucoup les malins avant se retrouver menottés». L’homme explique habiter le quartier et se rapproche des agents: «tu ne vis plus ici, salut», lui rétorque le policier masculin.

Une confrontation verbale entre les deux hommes s’engage alors, durant laquelle l’homme explique que sa famille habite ici, mais très vite le policier demande à l’homme de lui tourner le dos.

«Pourquoi me retourner? Personne n’est provocateur, personne ne devient fou à part vous», lance l’individu aux policiers.

C’est alors que le policier se montre de plus en plus agressif à l’égard de l’homme, qui n’est ni armé ni menaçant et qui finira d’ailleurs par se retourner.

«Personne ne se bat»

Dos aux policiers et les mains dans le dos, la vidéo montre que l’homme n’oppose aucune résistance. «Ne vous battez pas. Vous vous battez» affirme l’agent, «personne ne se bat», lui répond l’interpellé. C’est à ce moment que l’officier le frappera une douzaine de fois, l’autre officier n’interviendra à aucun moment pour calmer son collègue et M. Castillo n’essayera jamais de rendre les coups portés par l’agent. À la fin de la vidéo, Franck Hernandez expliquera l’avoir frappé, car ce dernier lui aurait pris la main affirmant également à ses collègues qu’il ne coopérait pas. Les images prouveront le contraire.

«C’est un cas troublant d’utilisation illégale de la force par un officier de police. Nous pensons que la force n’était ni légalement nécessaire ni raisonnable», a déclaré le procureur en charge de l’affaire dans un communiqué.

Suite à l’incident, Richard Castillo a intenté une action en justice au niveau fédéral. L’agent a été démis de ses fonctions et a été assigné à résidence, il sera jugé le jeudi 11 juin. Si Hernandez est déclaré coupable, il risque jusqu’à trois ans de prison.

«Je pense que c’est un très bon premier pas pour restaurer la confiance du public dans le système juridique en ce moment», a déclaré Wesley Ouchi, l’avocat de M. Castillo, dans une interview téléphonique à Nbc News.

Le conseil d’administration de la Los Angeles Police Protective League, un syndicat policier, a condamné les agissements de Franck Hernandez dans un communiqué: «ce que nous avons vu sur cette vidéo est inacceptable et n’est pas ce pour quoi nous sommes formés

Des faits qui se sont produits un mois avant la mort de George Floyd, qui a provoqué des manifestations à travers les États-Unis ainsi que dans le monde entier.

Lire aussi:

Santé publique France dévoile la carte des zones les plus touchées par le Covid-19 - photo
«Il y a un risque de guerre civile» en France, prévient l'ancien chef d'État-Major des armées Pierre de Villiers
Une enseignante estime que Samuel Paty a «provoqué» l’acte terroriste
Tags:
violences policières, police, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook