Société
URL courte
4619
S'abonner

La police néo-zélandaise a lancé une chasse à l'homme après qu'un officier a été tué par balle et un autre grièvement blessé sur une route d’Auckland.

Un officier a été tué et un autre grièvement blessé le 19 juin au matin dans la banlieue d'Auckland, en Nouvelle-Zélande, alors qu’ils effectuaient un contrôle de la circulation de routine. Un individu a commencé à leur tirer dessus avant de partir. Le premier officier est décédé des suites de ses blessures, a précisé la police néo-zélandaise.

«Des coups de feu ont été tirés sur les policiers, a raconté un témoin cité par le média néo-zélandais Newshub. Deux policiers ont été grièvement blessés. Un passant a également été heurté par le véhicule et a été blessé.»

Les policiers n'étaient pas armés, a précisé lors d'une conférence de presse le commissaire de police Andrew Coster. Le suspect a utilisé une arme à feu à canon long et la situation s'est rapidement aggravée, sinon immédiatement, selon lui.

«Toute notre organisation est en état de choc… [c'est] la pire nouvelle que la police et les familles des policiers puissent recevoir», a-t-il indiqué.

Le suspect activement recherché

La police a lancé une opération de recherche. L'attaque a provoqué la fermeture des écoles se trouvant dans la région, les élèves et les enseignants étant enfermés dans des salles de classe aux rideaux baissés.

La police a exhorté tous les habitants à éviter cette zone. Les automobilistes sont également priés d’éviter cette zone, avertissant qu'il y avait des déviations en place affectant tout le trafic, y compris les bus.

Lire aussi:

Un «confinement très serré» fait partie des scénarios envisagés, selon le gouvernement
La mère de Yuriy accusée d'exploitation de femmes de ménage ukrainiennes, selon Libération
Ces SMS de Darmanin qui contredisent sa défense face aux accusations de viol
Il braque un bar-tabac dans l'Oise puis entame une carrière de gendarme en Turquie
Tags:
attaque, police, Auckland, Nouvelle-Zélande
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook