Société
URL courte
3127
S'abonner

Un avion en provenance d’Ukraine a atterri au Canada avec dans sa soute des dizaines de chiots et de chatons morts. Ils ont été transportés dans des conditions insoutenables et ont suffoqué dans leurs cages. Le gouvernement a lancé une enquête.

Une scène macabre est apparue le 13 juin à Toronto, alors qu’un avion d’Ukraine International Airlines en provenance de Kiev venait d’atterrir. Des dizaines de chiots apparemment morts de suffocation ont été retrouvés dans la soute de l’appareil.

Le vol transportait dans sa soute 500 chiots dans 300 cages, ce qui signifie qu’une cage contenait deux chiens, précise le National Post. Les animaux devaient être vendus dans la région de Toronto, selon un communiqué de l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA). Mais à cause des conditions de transport insoutenables, quelques dizaines de chiots n’ont pas survécu, les températures dépassant les 30 degrés. Plusieurs cages étaient en outre placées les unes sur les autres, et certaines étaient même enfermées dans du plastique, la circulation d'air étant bloquée, ce qui viole toutes les normes de transport d’animaux en vigueur.

Des chatons aussi

Plus tard, il s’est avéré que les chiffres étaient encore pires qu'on ne le pensait à l'origine, a indiqué sur sa page Facebook la société de défense des animaux No Borders Animal Rescue Society. Le vol comprenait également des dizaines de chatons Devon Rex, précise-t-elle. Le nombre réel de chatons et de chiots sur ce vol sera communiqué ultérieurement.

Un bagagiste a partagé une vidéo réalisée au moment du chargement de la soute qui montre des chariots avec des cages entassées contenant des animaux.

Le gouvernement canadien a lancé une enquête.

Lire aussi:

La démission du Premier ministre «est une trahison collective des partis libanais», selon l’entourage de Macron
Vidéo des dernières secondes avant le crash de l’avion de transport militaire An-26
Nouvelle taxe sur les voitures: les automobilistes en sursis?
Tags:
chiens, Toronto, Canada
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook