Société
URL courte
124711
S'abonner

Un mystérieux nuage en forme de champignon a inquiété les habitants de Kiev, lesquels ont partagé des photos du phénomène sur les réseaux sociaux. Les autorités ont immédiatement rassuré la population et expliqué l’origine du phénomène.

Les habitants de Kiev se sont fait une belle frayeur vendredi 19 juin lorsqu’ils ont remarqué un immense nuage dans le ciel, faisant immédiatement penser à un «champignon nucléaire». De nombreuses photos du phénomène sont apparues sur les réseaux sociaux et ont été relayées dans les médias ukrainiens.

«En 2020, plus rien ne me surprend», a écrit avec ironie une internaute à propos d’une possible explosion nucléaire. «Drôle de nuage, vous ne trouvez pas?», était-il notamment écrit sur le canal d’informations locales sur Telegram «Kiev Operativny».

Le service d’État ukrainien pour les situations d’urgence s’est alors empressé de rassurer les habitants, les invitant à ne pas paniquer, rapporte la chaîne Zvezda. Il a publié un communiqué se basant sur les explications de spécialistes météorologiques.

Un phénomène naturel

Il s’agit d’un nuage «enclume» qui est «rarement rencontré et formé sur la crête des vagues venteuses, qui ne produisent lorsque le vent franchit des obstacles», indique le message publié sur Facebook. Dans ce cas, le nuage ne se déplace pas, mais se transforme en masses d’air ordinaires. Un tel nuage se forme en général lors des périodes les plus chaudes de l’année.

Ce phénomène étonnant a également été observé à proximité des villes de Ternopil, dans l’ouest du pays, et de Vinnytsia, située un peu plus à l’est.

Lire aussi:

Combats sanglants dans l’Himalaya: «l’armée indienne ne fait vraiment pas le poids face à l’armée chinoise»
Ces 11 pays qui n’ont toujours pas de cas déclarés de coronavirus depuis le début de la pandémie
L’Allemagne installera des soldats en France, Paris parle de «révolution»
Tags:
situation d'urgence, météo, Kiev, phénomène naturel, champignons, nuages
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook