Société
URL courte
171
S'abonner

Après avoir découvert des traces de phosphate et de mercure dans des réservoirs sur le site maya de Tikal, des chercheurs de l’université de Cincinnati estiment dans une étude publiée dans Scientific Reports que la pollution des eaux a pu inciter les habitants à quitter la ville.

Des scientifiques de l’université de Cincinnati pensent que la disparition de la civilisation maya est en partie liée à la pollution des eaux de Tikal, l’une de ses anciennes grandes villes, indique une étude publiée dans Scientific Reports.

Selon les chercheurs, la sécheresse qui aurait duré cinq décennies au neuvième siècle, a pu contraindre certains habitants de Tikal à se servir des eaux conservées dans le système de réservoirs de la ville qui étaient insalubres, avancent-ils.

Mercure et phosphate

Les résultats des analyses des dépôts prélevés dans deux réservoirs d’eau du site archéologique de Tikal, situés près d’un palais et d’un temple, ont montré une teneur trop élevée en mercure pour une période de 600 à 900 ans. Sa concentration était deux fois supérieure à la normale dans plusieurs échantillons.

La présence du mercure peut être expliquée par l’utilisation fréquente de peintures par les Mayas pour décorer leurs constructions et de réaliser des rituels.

L’eau était également fortement contaminée par des phosphates qui provenaient de déchets alimentaires et de matières fécales. Cette pollution organique a conduit à la croissance des cyanobactéries Planktothrix et Microcystis, appelées «algues bleues», qui produisent des toxines potentiellement mortelles. Résistantes à l’ébullition, elles impactent gravement la santé même en cas de faible concentration.

Autorités intoxiquées

Seules les autorités de Tikal avaient accès aux réservoirs contaminés. Elles pouvaient souffrir d’intoxication et avoir du mal à gouverner la ville. C’est la raison pour laquelle la crédibilité du pouvoir aurait pu être ébranlée, supposent les chercheurs. Tous ces facteurs, y compris la sécheresse et la pénurie d’eau et de nourriture, auraient abouti à la démoralisation de la population et à l’abandon de la ville.

Lire aussi:

Combats sanglants dans l’Himalaya: «l’armée indienne ne fait vraiment pas le poids face à l’armée chinoise»
Ces 11 pays qui n’ont toujours pas de cas déclarés de coronavirus depuis le début de la pandémie
L’Allemagne installera des soldats en France, Paris parle de «révolution»
Tags:
pollution, étude, chercheurs, Tikal, mayas
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook