Société
URL courte
82513
S'abonner

Un couple américain a été surpris de voir une croix gammée sur sa pizza commandée dans un restaurant Little Caesars. L’établissement a présenté ses excuses et a licencié les deux employés responsables.

Deux employé ont été renvoyés après qu’un couple américain a découvert une croix gammée formée de pepperoni sur la pizza, rapporte CNN. Les faits se sont produits le 27 juin dans une établissement Little Caesars à Brook Park, au sud de Cleveland, dans l’Ohio.

Selon le média, l’homme et sa compagne rentraient chez eux quand ils ont décidé de prendre une pizza. Rentrés à la masion, ils ont découvert le symbole.

«Nous avons été silencieux pendant quelques instants», a confié l’homme à CNN. Il a ensuite tenté de joindre la pizzeria mais personne n’a répondu. «C'est à ce moment que nous avons posté sur les réseaux sociaux, nous voulions exprimer notre colère et montrer à notre famille et à nos amis quel genre d'endroit est (Little Caesars)».

Des excuses officielles

Dans un communiqué envoyé à CNN, le porte-parole de Little Caesars Enterprises, Jill Proctor, a déclaré que la société n’avait «aucune tolérance pour le racisme et les discriminations sous toutes ses formes». De plus, il a ajouté qu’ils étaient entrés en contact avec l’homme ayant commandé cette pizza.

D’après le média, ce dernier n’est pas entièrement satisfait par le renvoi des employés responsables.

«Des choses comme celles-ci maintiennent la haine en vie dans ce monde. Nous avons tous besoin de l’exact opposé de cela en ce moment», a-t-il dit.

Lire aussi:

Le chef du Conseil scientifique prévient du risque d'une situation extrêmement difficile dès la mi-mars en France
La France recense le plus grand nombre journalier d’admissions en réanimation depuis début novembre
Une voiture de police percute une foule de spectateurs à un rodéo nocturne et roule sur une personne - vidéos
Emmanuel Macron pourrait annoncer le 3e confinement ce mercredi, selon le JDD
Tags:
Ohio, croix gammée, pizza
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook