Société
URL courte
7915
S'abonner

Une Australienne de 80 ans a passé neuf jours dans le coma avant de décéder après que son chat a léché ses plaies, provoquant une méningite bactérienne.

Une résidente de la ville australienne de Melbourne est décédée après avoir été griffée et léchée par son chat, rapporte le 5 juillet le site Herald Sun.

Selon le média, la femme de 80 ans a été retrouvée inconsciente par ses proches dans son lit à côté du chat. Les médecins ont découvert dans l’organisme de la retraitée la bactérie pasteurella multocida, qui provoque une méningite bactérienne, comme le précise la source.

«Ma mère dormait avec le chat et évidemment il a léché la plaie toute la nuit, et c'est la salive ayant pénétré dans sa circulation sanguine qui a causé des dommages», a expliqué la fille de la victime au Herald Sun.

D’après le média, la femme a passé neuf jours dans le coma, après quoi elle a été déconnectée du système de survie.

Le danger de la salive des chats

La directrice des maladies infectieuses d’un hôpital local, Lindsay Grayson, citée par le Herald Sun, a averti les propriétaires qu’il ne fallait pas laisser leurs chats lécher les plaies ouvertes. Parallèlement, elle a souligné que ceux qui présentaient des troubles du système immunitaire devaient éviter ces animaux.

«C'est un gros problème et il apparaît de plus en plus comme une cause non reconnue d'infection des valves cardiaques, qui est évidemment fatale si elle n'est pas traitée», a déclaré Mme Grayson au média.

Lire aussi:

Un chef partage son secret pour des pommes de terre rôties parfaites 
Un homme «neutralisé» à Paris après avoir tenté d'attaquer des policiers au couteau
Un puissant séisme frappe la Grèce et la Turquie, plusieurs morts et plusieurs centaines de blessés - images
Tags:
Australie, salive, danger, bactérie, chats
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook