Société
URL courte
5761
S'abonner

Salarié depuis une vingtaine d’années chez Le Nouy fenêtres et fermetures, un cariste de 51 ans a été mis à la porte car aperçu sans masque au travail. L’homme explique qu’il souffre d’asthme et voulait juste respirer un peu. Il entend contester son licenciement.

Malgré une vingtaine d’années d’ancienneté au sein de l’entreprise La Nouy fenêtres et fermeture de Briec et l’absence de toute sanction et avertissement au cours de sa carrière, un cariste de 51 ans a été licencié en juin, informe le journal Télégramme.

Dans la lettre recommandée datée du 11 juin, la société justifie sa décision par le fait que le 28 mai il a été vu à son poste de travail sans masque de protection et, en conséquence, pouvait «mettre en danger la santé des autres collaborateurs».

Les versions divergent

«J’étais à l’extérieur des bâtiments. Il n’y avait personne à moins de 150 mètres de moi. Il faisait chaud. J’ai enlevé mon masque pour respirer un peu. Je souffre d’asthme. D’ailleurs, j’avais été en arrêt de travail pour cette raison du 16 mars au 24 mai», souligne le cariste, cité par le journal.

Des propos contestés par le directeur qui assure au média qu’il l’a vu sans masque dans l’entreprise.

Un licenciement «scandaleux»

Jugeant le licenciement comme «scandaleux», Force ouvrière s’est déjà adressé à l’entreprise pour contester l’expulsion du cariste. Le syndicat soutiendra l’homme qui envisage de saisir le conseil de prud’hommes.

Lire aussi:

Le Président Aoun évoque l'hypothèse d'un «missile» ou d'une «bombe» dans la double explosion à Beyrouth
Une pétition demande un placement du Liban sous mandat français pendant dix ans
Perdu en mer, un jeune garçon survit en se rappelant les conseils d’un documentaire
Tags:
licenciement, Covid-19, masques
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook