Société
URL courte
16107
S'abonner

Connu pour sa ferme opposition au confinement malgré un très grand nombre de morts du Covid-19 au Brésil, Jair Bolsonaro est venu saluer ses partisans qui l’ont applaudi alors qu’il présentait de l’hydroxychloroquine, avant de retirer son masque pour s’adresser à eux.

Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées le 19 juillet à Brasilia pour manifester leur soutien à Jair Bolsonaro qui a immortalisé la scène sur sa page Facebook.

Bien qu’atteint du Covid-19, le Président brésilien s’est présenté devant une foule en liesse. Il a brandi une boîte d'hydroxychloroquine, puis a retiré son masque pour s’exprimer.

«Nous n’avons pas eu de chance avec cette pandémie, mais nous allons en sortir. Nous avons une excellente équipe de ministres, à commencer par celui de la Santé. Ça fonctionne», a-t-il déclaré cité par CNews.

De nombreuses personnes portaient leur masque autour du cou.

Près de 80.000 morts au Brésil

Alors que la pandémie a fait au moins 606.605 morts dans le monde depuis son apparition en Chine fin décembre, le Brésil est avec 79.488 morts le pays le plus touché derrière les États-Unis, premier en nombre de morts et de contaminations.

Il y a à peine une quinzaine de jours, Jair Bolsonaro avait édulcoré une loi sur le port du masque dans les lieux publics, le rendant non-obligatoire dans les commerces et lieux de culte. Il avait promulgué la loi approuvée par le Congrès, mais avait exercé son droit de veto pour en exclure plusieurs articles.

Trois jours plus tard, le Président brésilien annonçait avoir été testé positif au nouveau coronavirus, soulignant cependant qu’il se sentait «parfaitement bien».

Lire aussi:

L'ancien international de rugby Christophe Dominici retrouvé mort dans les Hauts-de-Seine
Un policier fait un croche-pied à un migrant lors de l'évacuation place de la République – vidéo
Deux personnes blessées dans une attaque au couteau dans un magasin en Suisse
Tags:
masques, hydroxychloroquine, Covid-19, Jair Bolsonaro, Brésil
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook