Société
URL courte
182166
S'abonner

En réaction aux affirmations du milliardaire américain selon lesquelles la crise du réchauffement climatique sera pire que celle du Covid-19, un conseiller de Poutine relève auprès de Sputnik que cela n'a «rien de foncièrement nouveau ni d’inattendu». Cependant, il souligne qu’il est vital d’agir dès aujourd’hui.

Les propos de Bill Gates au sujet de la crise écologique globale ne recèlent rien de nouveau. Les évaluations nationales et internationales prouvent qu’il est indispensable de déployer dès maintenant un maximum d’efforts pour réduire l’influence néfaste de l’Homme sur le climat, expose à Sputnik Rouslan Edelgueriyev, conseiller et représentant spécial du Président russe pour les problèmes liés au climat.

«Il n'y a rien de foncièrement nouveau ni d’inattendu dans les affirmations de Bill Gates. Les évaluations des retombées et dommages du changement climatique, de son impact sur l'économie et la mortalité ont été faites au niveau de pays et d'organisations internationales telles que le GIEC [Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat, ndlr] ainsi que de scientifiques russes. Les chiffres diffèrent parfois, mais la conclusion est univoque: l'humanité doit tout mettre en œuvre dès aujourd'hui pour minimiser l'impact de ses activités négatives sur le système climatique», détaille-t-il.

Dans ce contexte, il fait remarquer que les dégâts causés par le changement climatique sont bien plus importants que ceux de la crise du Covid-19.

«Lorsqu'il évoque les dépenses à la prévention du changement climatique, Bill Gates détermine à 100 dollars la tonne de CO2. Ce chiffre est probablement correct pour les États-Unis et d'autres pays développés, mais pour la Russie, avec son important potentiel d’augmentation de l’efficacité énergétique, il est évident que le coût par tonne d'émissions réduites sera nettement plus bas. Et cela a été prouvé lors de la mise en œuvre du protocole de Kyoto sur la réduction des émissions», poursuit Rouslan Edelgueriyev.

Il ajoute que de nombreux projets innovants permettent de préserver l'environnement et de réduire les coûts d'exploitation des entreprises, c'est-à-dire de contribuer au développement économique.

«Par conséquent, lorsque les opposants à la lutte contre le changement climatique en Russie cherchent à nous intimider avec de grands chiffres, nous ne devons pas oublier que cela n'a rien à voir avec la réalité et que tout vient de leur refus acharné d’investir dans un développement respectueux de l'environnement et de moderniser l'industrie», ponctue-t-il.

Selon lui, une telle position fera en sorte que les produits russes soient soumis à des taxes climatiques supplémentaires à la frontière avec les pays étrangers. Ce paiement sera investi dans les économies étrangères, alors qu’il aurait pu l’être dans l'économie russe.

Plus mortel que le Covid-19

«Aussi horrible que soit cette pandémie, le changement climatique pourrait être pire», a déclaré le milliardaire sur son blog.

Se basant sur le taux de mortalité, Bill Gates a calculé que le chiffre est de 14 pour 100.000 personnes pour le Covid-19. Avec la montée des températures, ce chiffre se maintiendra dans un premier temps au même niveau avant de s’envoler.

«D'ici 2060, le changement climatique pourrait être tout aussi mortel que le Covid-19, et d'ici 2100, il pourrait être cinq fois plus mortel», estime-t-il.

Par ailleurs, dans ce contexte, Bill Gates souligne qu’il est important de commencer la lutte contre le changement climatique dès maintenant, car il faudra des décennies pour déployer toutes les inventions dans ce domaine.

Lire aussi:

Combats sanglants dans l’Himalaya: «l’armée indienne ne fait vraiment pas le poids face à l’armée chinoise»
Ces 11 pays qui n’ont toujours pas de cas déclarés de coronavirus depuis le début de la pandémie
L’Allemagne installera des soldats en France, Paris parle de «révolution»
Tags:
Russie, Bill Gates, réchauffement climatique
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook