Société
URL courte
1142
S'abonner

Une formatrice certifiée du Quartier général des communications du gouvernement britannique a raconté au magazine Express que les passagers qui publiaient des photos de leur carte d'embarquement sur Internet risquaient d'être victimes d'escroqueries.

La formatrice certifiée du Quartier général des communications du gouvernement du Royaume-Uni, Lisa Forte, a mis en garde contre les risques associés aux cartes d'embarquement et a dit ce que les passagers ne devraient jamais faire.

Citée par l’Express, la spécialiste a déconseillé de publier des photos de sa carte d'embarquement sur les réseaux sociaux car celle-ci contient beaucoup d’informations personnelles.

En scannant le code-barres, il est en effet possible de trouver le nom complet, la date de naissance, le numéro de vol, l'aéroport de départ et de destination, le numéro de siège et le code PNR (Passenger Name Record) à six chiffres du passager. Il contient également des informations disponibles via la section des réservations sur le site des compagnies aériennes et des données sur ceux avec qui la personne voyage, indique Lisa Forte.

Y compris des détails sur les locations de voiture ou les réservations d'hôtel effectuées par l'intermédiaire de la compagnie aérienne, l'adresse du courrier électronique et le numéro de téléphone, les quatre derniers chiffres de la carte bancaire utilisée. Même les données sur les handicaps ou les problèmes médicaux signalés y sont stockées. 

Si une photo de la carte d'embarquement est publiée sur les réseaux sociaux, il y a ainsi une chance d'être victime de cyberattaque. Un escroc peut scanner le code-barres et accéder à toutes ces données.

Lire aussi:

Ces 25 propriétaires du 93 ont appris par simple lettre qu’ils étaient expropriés
Un eurodéputé surpris dans une orgie gay à Bruxelles présente sa démission
Méfiance face aux vaccins anti-Covid: «vous n’êtes ni des cobayes ni des jouets de l’industrie pharmaceutique»
Tags:
escroc, cartes d’embarquement, avion
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook