Société
URL courte
Par
1170
S'abonner

Parmi les souvenirs négatifs et positifs, le cerveau est enclin à opter en faveur de ces derniers, affirme dans une interview à Sputnik un médecin russe, précisant qu’il s’agit d’un «mécanisme de protection».

Le cerveau humain ne garde pas seulement tout ce qui est positif, comme certains le pensent. Les émotions négatives ne disparaissent pas non plus, mais elles sont bloquées par des fonctions de protection, a déclaré à Sputnik Roustem Gaïfoutdinov, professeur du département de neurologie, neurochirurgie et génétique médicale à l'université médicale de Kazan.

Aussi bien les souvenirs positifs que négatifs restent tout au long de la vie, mais l’accès à ces informations est limité par les mécanismes protecteurs du cerveau. Cela étant, nous avons souvent l’impression que les souvenirs se présentent du bon côté.

«La conscience humaine possède des mécanismes qui nous préserve des moments négatifs. Si nous restons constamment dans la négativité et les épreuves, cela ne contribuera certainement pas au prolongement de notre vie ni à la réussite. Dans les moments d'expériences négatives, l’humain est vulnérable à tous égards. Le cerveau a prévu des mécanismes de protection qui permettent de ne pas se fixer sur le négatif, mais se tourner vers le positif et l'optimiste pour continuer à vivre. C'est une propriété de la conscience, sa capacité à survivre. C'est un mécanisme adaptatif», a expliqué Roustem Gaïfoutdinov.

En effet, a-t-il noté, si un flashback négatif restait constamment disponible, cela constituerait une menace pour la vie.

«Tout est clairement imprimé dans la tête»

La preuve que les souvenirs négatifs ne sont pas effacés, mais simplement dissimulés, est l’activité des médecins légistes.

«L’Homme garde tout dans son cerveau. Il existe des pratiques spéciales utilisées par la médecine légale, lorsqu'il est possible de lui faire revenir tous les souvenirs. Ainsi, il peut se rappeler différents détails et éléments, les sensations visuelles et auditives, ainsi que les sensations corporelles. Tout est clairement imprimé dans la tête», a-t-il souligné.

Roustem Gaïfoutdinov assure qu’en faisant un effort, il est possible de se souvenir de tout.

Lire aussi:

Covid en France: le nombre journalier de contaminations et de décès en légère baisse
«Je ne suis pas un tueur»: le Premier ministre slovaque refuse le renvoi du vaccin russe Spoutnik V
L’Allemagne «préoccupée» par le sort de la société civile en Russie: Moscou répond
Risque de guerre civile: «La situation est bien plus grave que ce que les gens imaginent», selon Me de Montbrial
Tags:
médecine, cerveau, souvenir
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook