Société
URL courte
Par
3100
S'abonner

Alors que les ventes de produits cosmétiques ont considérablement chuté avec l’éclatement de la pandémie, certains d’entre eux sont plus touchés que d’autres. C’est le cas du rouge à lèvres, qui recule face à l’obligation de porter le masque, selon une étude de la société Nielson.

Avec un recul de près de 17% depuis le début de l’année, le marché du maquillage est lourdement impacté par la crise liée au coronavirus, selon une étude menée par la société Nielson.

En outre, parmi les produits cosmétiques, c’est le rouge à lèvres qui a souffert le plus, comme le montrent les chiffres. Après avoir commencé à dégringoler durant le confinement et ayant chuté de 75%, les ventes de rouge à lèvres ont continué leur décrue, soit de 26,4%, même depuis le déconfinement.

En cause, l’obligation de porter un masque, ce qui réduit la nécessité de s’acheter du rouge à lèvres, produit qui laisse en outre des taches sur le masque.

Une chute durable?

Outre les géants cosmétiques comme Estée Lauder qui a supprimé 2.000 emplois à travers le monde, les plus petites entreprises ont aussi été affectées.

«Le marché du rouge à lèvres va être calme jusqu'à juin 2021», estime auprès de franceinfo Nicolas Gerlier, président et fondateur de la Bouche rouge, jeune maison française de maquillage. «Malgré tout, on va toujours proposer de soigner les lèvres sous les masques et il y a toujours des femmes qui sont heureuses de mettre un coup de rouge.»

Parmi d’autres produits cosmétiques impactés par la pandémie, l’étude avance le vernis à ongles (décrue de 6,3%), alors que les produits pour le visage ont chuté de 10%. Cependant, les femmes continuent de se maquiller les yeux, tels qu’avec les eye liners ou encore les fards qui restent aussi populaires que l’année dernière.

Lire aussi:

L’Allemagne installera des soldats en France, Paris parle de «révolution»
Ces 11 pays qui n’ont toujours pas de cas déclarés de coronavirus depuis le début de la pandémie
Covid-19: Quand la cheffe de file de la gauche marocaine verse dans le complotisme décomplexé
Tags:
Covid-19, pandémie, beauté, cosmétiques, maquillage
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook