Société
URL courte
Par
8204
S'abonner

Deux ans après le meurtre d’une étudiante chinoise en Australie, son assassin et colocataire a été condamné à 18 ans de prison. Ce sont les recherches internet qu’il avait effectuées deux jours avant le crime qui ont permis son arrestation.

Un Chinois de 19 ans qui a tué sa colocataire de 28 ans à Sydney a été emprisonné pour 18 ans, relate l’agence NCA Newswire. La période sans libération conditionnelle est de 13 ans et six mois. Avant de commettre l’homicide, il avait recherché sur Google la durée d’emprisonnement en Australie pour homicide volontaire, ce qui a aidé à le dépister.

Les détails de l’homicide méconnus

Les faits se sont déroulés en 2018. Le corps de la femme a été découvert avec une chemise à manches longues enroulée autour de son cou. On ignore toujours comment elle a été assassinée, le criminel ayant refusé de témoigner.

Ses recherches Google étaient les suivantes: «connaissances juridiques, à combien d'années un homicide volontaire est-il condamné en Australie» ou encore «les critères de détermination de la peine pour un homicide volontaire», «indemnisations après un homicide volontaire».

Il a également recherché la nuit du meurtre des sites isolés et a utilisé Google Maps pour planifier un itinéraire afin de cacher le cadavre. La police a découvert ce dernier au fond d'un ravin parmi des branches mortes et des arbustes.

La nuit du meurtre, la troisième colocataire a remarqué une grande tache rouge sur les escaliers, ce qui a permis d’établir que l’étudiante avait été assassinée dans l’appartement. Le Chinois a été arrêté le lendemain.

Schizophrénie diagnostiquée

Il était arrivé en Australie en septembre 2017 avec un visa de touriste, mais sa demande de visa de protection temporaire a été rejetée en mars 2018.

Le tribunal a appris qu’il avait été diagnostiqué schizophrénique. Cependant, comme l’estiment des experts, ils doutent que la maladie ait entraîné le meurtre:

«Le délinquant semble avoir agi de manière délibérée et lucide», a ainsi déclaré le juge par intérim.

Lire aussi:

Il refuse de donner une cigarette, sa mère se fait tuer en prenant sa défense dans la Drôme
Erdogan appelle les Turcs à boycotter les produits français et assure que Macron doit aller chez le psychiatre
Un contrôle du couvre-feu tourne mal dans la Loire
Tags:
Google, Google, Australie, Chine, meurtre
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook