Société
URL courte
Par
1712
S'abonner

Mark Chapman, qui a tué John Lennon en 1980, s'est excusé auprès de sa veuve Yoko Ono en affirmant que son geste était «méprisable» et qu’il méritait de rester en prison à vie. Il s'est vu refuser la liberté conditionnelle.

L’assassin de John Lennon, Mark David Chapman, 65 ans, s'est vu refuser la liberté conditionnelle lors d'une audience à New York le 19 août, rapporte Sky News. Une transcription montre que la libération lui a été refusée parce que «cela serait incompatible avec le bien-être de la société».

Il a présenté ses excuses à la veuve du musicien en disant qu'il ne l'avait tué que pour «se faire gloire» et admettant que son acte était «méprisable» et «plutôt effrayant».

«Je n'ai aucune excuse»

L’assassin pense également qu'il aurait dû avoir la peine de mort, selon la transcription de l’audience. Il s’est dit désolé pour son crime. «Je n'ai aucune excuse», a-t-il ajouté.

«C'était une icône. Je l'ai tué... parce qu'il était très, très, très célèbre et que j'étais très, très, très, très à la recherche de gloire, très égoïste.»

Chapman, qui avait 25 ans au moment des faits, a tiré quatre fois sur la star des Beatles à Manhattan en décembre 1980, sous les yeux de Yoko Ono.

Lire aussi:

Un contrôle du couvre-feu tourne mal dans la Loire
Erdogan appelle les Turcs à boycotter les produits français et assure que Macron doit aller chez le psychiatre
«Rien ne nous fera reculer, jamais»: Macron fait montre de fermeté suite aux appels au boycott et aux propos d’Erdogan
Tags:
John Lennon, Mark David Chapman
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook