Société
URL courte
Par
121388
S'abonner

«Je ne suis pas en danger, mes enfants non plus». Elon Musk a annoncé dans un podcast du New York Post qu’il ne se ferait pas vacciner contre le Covid-19. Il a également répondu aux critiques de Bill Gates sur son scepticisme envers le coronavirus, estimant que le fondateur de Microsoft est un «crétin».

Ni Elon Musk ni sa famille ne se feront vacciner contre le coronavirus lorsque le vaccin sera disponible, a affirmé le fondateur de SpaceX dans un podcast du New York Post.

«Je ne suis pas en danger, mes enfants non plus», a dit M.Musk en déplorant un «confinement national sans issue» qui a «réduit sa confiance en l’humanité».

Opter pour un confinement ciblé

Selon lui, au lieu de prendre les mesures radicales actuelles il aurait fallu opter pour un confinement ciblé où «toute personne à risque» serait «mise en quarantaine jusqu'à ce que la tempête passe».

La journaliste lui a rétorqué que des gens pourraient décéder si de telles décisions étaient prises. «Tout le monde meurt», a lancé Elon Musk.

Gates est «crétin»

Le fondateur de SpaceX a également répondu aux critiques de Bill Gates sur son scepticisme envers le coronavirus. Lors d'une interview donnée à CNBC en juillet, le fondateur de Microsoft avait affirmé que M.Musk ne savait pas grand-chose sur les vaccins, précisant qu’il ne fallait pas «confondre les domaines dans lesquels il n’est pas trop impliqué».

Elon Musk a qualifié le milliardaire de «crétin» en lui rappelant que sa société créait des machines pour CurVac, une entreprise biopharmaceutique dans laquelle Bill Gates a investi.

Lire aussi:

Moscou appelle à «ne pas jouer avec le feu» après l'adoption de nouvelles sanctions US
La Chine alerte sur un possible krach des marchés occidentaux: «Il faut être très vigilant»
Passeport vaccinal: l’UE avance, la France n’y coupera pas
Une vidéo inédite de l'attaque iranienne contre une base US après l’assassinat de Soleimani
Tags:
Bill Gates, Elon Musk, Covid-19, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook